Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2020 → BIOSTAR - Approvisionner en bioénergies durables les PME agroalimentaires au Sahel

2020

BIOSTAR - Approvisionner en bioénergies durables les PME agroalimentaires au Sahel

Sahel

Titre : BIOSTAR - Approvisionner en bioénergies durables les PME agroalimentaires au Sahel

Région/Pays : Sahel

Date/Durée : août 2020 — août 2024

Objectifs
* Objectifs principaux : Coques de noix de cajou, d’arachide, de karité, balle de riz, noyaux de mangue : ces résidus produits par les PME agroalimentaires sont autant de sources potentielles de bioénergie. Une option énergétique durable que le Cirad et ses partenaires, dont Nitidæ, vont développer en Afrique de l’Ouest grâce au projet BioStar soutenu par l’Union européenne et l’Agence française de développement.
* Objectifs spécifiques : Améliorer l’approvisionnement énergétique des PME de transformation agroalimentaire grâce aux bioénergies, dans les pays du Sahel, c’est l’ambition du projet BioStar. Coordonné par le Cirad en collaboration avec neuf partenaires africains et européens – recherche et société civile - il s’inscrit dans le cadre du grand programme européen DeSIRA (pour Development Smart Innovation through Research in Agriculture). Son financement sur cinq ans (2020-2024) est assuré par l’Union européenne et l’Agence française de développement, à hauteur de plus de 11 millions d’euros.

Activités
En Afrique de l’Ouest, l’accès à l’énergie en zones rurales est souvent fluctuant, cher et insuffisant. Pour sécuriser leur approvisionnement énergétique, les PME de transformation agroalimentaire sont contraintes de s’implanter en banlieues des villes. Conséquences : le transport des matières premières depuis les zones de production agricole engendre un surcoût et s’accompagne de la perte d’une partie des récoltes. En outre, la concentration urbaine croît au détriment des zones rurales qui peinent à se développer, avec une activité alors limitée à l’agriculture.
Ces entreprises génèrent, par ailleurs, des résidus organiques qui, mal gérés, entraînent des problèmes en termes de santé et de sécurité publiques et/ou de contamination environnementale. Néanmoins, cette biomasse - coques des noix de cajou et de karité, coques de gousses d’arachide, noyaux de mangue ou balle de riz - est une source potentielle d’énergies : chaleur, force motrice, électricité. D’où le propos de BioStar, à savoir implanter, dans les PME agroalimentaires, des unités de production de bioénergies à partir de leurs résidus organique

Partenaires : CIRAD · 2IE · UE - Union européenne · AFD - Agence Française de Développement · Centre National pour la Recherche Scientifique et Technique - CNRST · Université Thomas Sankara Ouaga II · Université Gaston Berger de Saint-Louis-du-Sénégal · Université Catholique de Louvain · Université Roma Tre · Institut de Recherche en Sciences Appliquées et Technologies - IRSAT · Institut Sénégalais de Recherches Agricoles - ISRA · Institut d’ingénierie agricole de l’Université de Hohenheim en Allemagne - UHOH

Coût de l’action : 11 000 000 €

Nitidae

Page publiée le 29 septembre 2021