Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2019 → Sédimentologie de faciès de la plate-forme carbonatée du Pliensbachien inférieur des Monts des Traras orientaux (Algérie Nord-occidentale)

Université Oran 2 - Mohamed Ben Ahmed (2019)

Sédimentologie de faciès de la plate-forme carbonatée du Pliensbachien inférieur des Monts des Traras orientaux (Algérie Nord-occidentale)

Belkhedim, Salim

Titre : Sédimentologie de faciès de la plate-forme carbonatée du Pliensbachien inférieur des Monts des Traras orientaux (Algérie Nord-occidentale)

Auteur : Belkhedim, Salim

Université de soutenance : Université Oran 2 - Mohamed Ben Ahmed

Grade : Doctorat 3ème cycle « L.M.D » En Sciences de la Terre 2019

Résumé partiel
Dans la présente étude, six coupes ont été étudiés, appartenant aux affleurements de Pliensbachien inférieur dans les Monts Traras, au Nord-Ouest de l’Algérie (partie occidentale de la Téthys). L’étude sédimentologique détaillée a permis de distinguer 23 faciès, regroupés en cinq associations de faciès, répartissent dans des environnements peu profonds, allant de subtidal à inter-supratidal. Ces dépôts se développent dans une rampe interne, au-dessus de la limite des vagues de beau-temps (LAV). L’histoire diagénétique de la "Formation des calcaires de Zailou" a été reconstituée pour la première fois par cathodoluminescence (CL) et à travers des analyses isotopiques du carbone et de l’oxygène (roche totale et ciments). Dans la phase de la diagenèse précoce, nous avons distingué dix générations des ciments précoces, formant trois types de surfaces de discontinuités : (i) marines, (ii) surfaces émergées, et (iii) une surface composite. Les ciments non luminescents indiquent une précipitation ou recristallisation dans des conditions oxydantes, alors que les ciments à luminescence variée suggèrent une recristallisation minéralogique dans des conditions semi-restreintes (luminescence orange), à restreints (luminescence brune) lors de l’enfouissement, rabaissant ainsi les δ 18O vers des valeurs négatives. Les valeurs positives du δ 13C indiquent des conditions marines ou météoriques, alors que les valeurs négatives caractérisant certains niveaux reflètent l’incorporation de la matière organique du sol dans la zone inter-supratidal. Parmi les ciments éogénétiques, des ciments asymétriques, ressemblant à des ciments pendants ou gravitationnels ont été répertoriés en lames minces dans la coupe de Ras El Manara. Les structures géopétales indiquent que ces ciments préjugés "pendants" sont, à certains endroits, (i) orientés vers le haut, dans la direction opposée comme à l’habituel, ou (ii) ils se développent à partir des grains vers le centre des pores. Ces observations réfutent leur origine comme des ciments gravitationnels précipitaient à partir de gouttelettes d’eau suspendues sur la face inférieure des grains, dans la zone vadose. En revanche, une formation dans la zone phréatique marine, sous un fort écoulement, semble plus probable.

Mots clés : Monts de Traras ; Pliensbachien inférieur ; cathodoluminescence ; isotopie, diagenèse ; cyclicité

Présentation

Version intégrale (15,7 Mb)

Page publiée le 7 octobre 2021