Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2019 → Recherches sur des espèces spontanées du genre Medicago d’Algérie caractéristiques phénologiques, biométriques et nutritionnelles

Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach (2019)

Recherches sur des espèces spontanées du genre Medicago d’Algérie caractéristiques phénologiques, biométriques et nutritionnelles

ALANE, Farida

Titre : Recherches sur des espèces spontanées du genre Medicago d’Algérie caractéristiques phénologiques, biométriques et nutritionnelles

Auteur : ALANE, Farida

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2019

Résumé partiel
Dans le but d‟apporter notre contribution aux travaux initiés depuis quelques décennies dans le pays avec l‟objectif d‟aboutir à l‟obtention de cultivars performants de Medicago annuel issus des populations de luzernes spontanées d‟Algérie, nous avons étudiés quelques points d‟une vingtaine de populations (Pop) de luzernes des espèces :M.ciliaris (Pop. : S5 ; S15 ; C2 ; S7 ; S3 ; C11 ; C204 ; C58) ;M.intertexta (Pop : I253 ; I756 ; I755 ; I107 ; I11 ; I58 ; I31 ; I52) ;M.truncatula (Pop. : Tr238 ; Tr334 ; Tr27 ; Tr407 ; Tr 201 ) ; M.polymorphae (Pop. : Poly205 ; Poly236 ; Poly 221 ; Poly 27 ; Poly 218) et accessoirement de M.granadensis, et M.sativa. Toutes les cultures sont conduites en pluviales. Les paramètres biométriques ont été mesurés au stade début floraison et des analyses chimiques : matières azotées (MAT), parois, matières minérales ont été réalisées lorsqu‟elles s‟avéraient nécessaires. Les points étudiés, en ciblant des critères précis, sont de trois ordres : 1. Leurs caractéristiques phénologiques vues d‟une part sous l‟angle du développement végétatif : — Nombre de plants/m² (NP/m²) - % de viabilité (%V) – Nombre de tiges/m² (NT//m²) – Hauteur (cm) des tiges (HT) – Production (/m²)de matière sèche (MS) – Rapport feuilles sur tiges (F/T) et d‟autre part sous l‟angle de la production de semences : —Poids (g) de 50 gousses (P50G) – Poids (g) de semences de 50 gousses (PS50G) – Rendement (g/m²)en gousses (RdG) – Rendement (g/m²)en semences (RdS) 2. Leur faculté germinative (G) :—Après un stockage (STK) de 11 ans – Après un traitement de scarification par différentes méthodes : Trempage dans de l‟eau bouillante pendant 4 mn (H2Ob) ; Etuve à 200°C pendant 20 mn (ET200°) ; passage au congélateur pendant 60 mm (CG 60) ; trempage dans l‟acide sulfurique concentré en une cinétique de 3 temps (H2SO4 : 180, 60 et 5 mn) ; trempage dans de l‟azote liquide en une cinétique de 4 temps (AL : 37, 25, 15 et 5 mn) ; abrasion des téguments avec du papier sable (AT). 3. Recherche d‟un index d‟évaluation rapide de la digestibilité des luzernes (IDg) par des coupes histologiques qui sera soumis à validation par la méthode internationale de digestibilité in vitro (Div) de Tilley et Terry. Il ressort que : 1. Le NP/m² (17) est faible il en découle un %V également faible (22%). Ce résultat s‟explique en grande partie par la dormance des graines. Il n‟y a pas de corrélation entre NP/m² et HT ni avec F/T. Par contre NP explique le NT et la quantité de MS produite tout comme la HT. Cette dernière est négativement corrélée avec F/T : plus HT est élevée plus le % de tiges l‟est, ce qui fait diminuer F/T, indicateur de digestibilité bien connu.

Mots clés : luzernes annuelles, dormance, scarifications, caractéristiques biométriques, caractéristiques phénologiques

Présentation (ENSA)

Version intégrale (4,2 Mb)

Page publiée le 30 octobre 2021