Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Diversité génétique et conservation du genévrier thurifère (juniperus thurifera L.) en Algérie

Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach (2021)

Diversité génétique et conservation du genévrier thurifère (juniperus thurifera L.) en Algérie

TAIB, Asma

Titre : Diversité génétique et conservation du genévrier thurifère (juniperus thurifera L.) en Algérie

Auteur : TAIB, Asma

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach

Grade : Doctorat en Gestion Forestière et Biodiversité 2021

Résumé
Juniperus thurifera est un élément clé dans les zones arides et semi-arides de la Méditerranée occidentale. Les études précédentes de la génétique et de la morphologie ont suggéré que les populations algériennes sont génétiquement plus similaires aux populations européennes qu’aux marocaines et préconisaient leur reconnaissance en variété. Nous avons étudié la structure génétique spatiale de J. thurifera pour vérifier le caractère distinct de la population algérienne. Nous avons également modélisé la répartition des espèces depuis le Eémien pour reconnaître l’impact des changements climatiques passés sur le modèle actuel de la diversité et de prévoir les changements possibles dans la distribution des espèces à l’avenir. Les microsatellites spécifiques aux espèces ont été utilisés dans l’analyse des 11 populations de l’Algérie, le Maroc et l’Europe. Nous avons mis en évidence la spécificité génétique importante des populations algériennes des stands marocains et européens qui peuvent avoir d’importantes répercussions sur la taxonomie et la conservation. Le modèle de la diversité a révélé pour J. thurifera le grand écart génétique est-ouest signalés chez certains taxons de plantes d’Afrique du Nord et des animaux et suggère un impact des processus historiques partagés. En outre, la modélisation de la distribution nous a permis d’identifier les refuges glaciaires possibles et leur impact sur le modèle moderne de différenciation dans J. thurifèra. La réduction de l’occurrence de l’espèce, en particulier dans le domaine européen, est possible selon les projections futures de la distribution des espèces. Une étude biométrique des galbules et graines de J. thurifera de la région des Aurès a été effectuée pour déterminer la différentiation morphologique au sein des populations algérienne suivie d’une évaluation de l’état sanitaire des galbules. La totalité des galbules sont parasités à l’exception des galbules prévenant de ZANA qui présente un taux élevé des galbules saines. Par contre, les graines de T’Kout présentent le pourcentage de graines susceptibles de germer le plus élevé (48,1%). Dans la présente étude, la germination des graines du genévrier thurifère est achevée selon deux méthodes ; culture d’embryons isolés et par prétraitement des endospermes. Les prétraitements réalisés sur les endospermes blanchâtres ont donnés des taux de germination variables entre 2,50±3,54 % et 60,00±28,28 %. Les plantules issues des prétraitements sont plantées dans des pots. D’un autre côté, l’induction de germination in vitro des embryons isolés est effectuée sur milieu DCR solidifié par l’agar. La germination commence au 4ème jour de culture. Les embryons isolés cultivés sur milieu DCR et supplémenté avec différentes hormones (GA3, AIB, BAP et DTZ) et antioxydants (charbon actif et acide ascorbique) ont donnés des taux de germination de 50 % à 100 %. Le développement des vitroplants est très remarquable dans le milieu DCR sans aucun additif, l’association de l’acide ascorbique et des hormones n’est pas favorables au développement des vitroplants, comme ces derniers sont complètement transformés en cals. Le temps moyen de germination est de 6 à 13 jours en fonction du milieu de culture

Mots clés : Analyse génétique, analyse géographique, germination, prétraitements, culture in vitro

Présentation (ENSA)

Page publiée le 17 octobre 2021