Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2020 → Evaluation de la dégradation des sols par l’érosion hydrique en fonction des différents systèmes d’utilisation des terres dans le micro bassin de Tifiles, Ténès, Algérie – Aspects méthodologiques et techniques.

Université Hassiba Benbouali de Chlef (2020)

Evaluation de la dégradation des sols par l’érosion hydrique en fonction des différents systèmes d’utilisation des terres dans le micro bassin de Tifiles, Ténès, Algérie – Aspects méthodologiques et techniques.

KESSAISSIA , Abderrahmane

Titre : Evaluation de la dégradation des sols par l’érosion hydrique en fonction des différents systèmes d’utilisation des terres dans le micro bassin de Tifiles, Ténès, Algérie – Aspects méthodologiques et techniques.

Auteur : KESSAISSIA , Abderrahmane

Université de soutenance : Université Hassiba Benbouali de Chlef

Grade : Doctorat 2020

Résumé
L’évaluation de la dégradation du sol à cause de l’érosion hydrique par différentes méthodes dans le micro bassin de Tifiles montre que le sol de la région d’étude se dégrade dans l’espace et dans le temps. L’évaluation qualitative au cours de trois des années de 1987 , 2001 et 2011 montre que le sol présente une fragilité qui varie dans l’espace et dans le temps et que la classe moins fragile se transforme en classe fragile et classe très fragile en fonction de la dégradation du couvert végétale par les incendies dont la classe très fragile et la classe moins fragile passe successivement de 1987 en 2011 de 44% à 52% et de3% à 1% . De même, la région présente une forte sensibilité à l’érosion dont le classes varient aussi dans l’espace et dans le temps. Les résultats montrent que la surface de la sensibilité potentielle à l’érosion a augmenté dans le temps et dans l’espace. La surface de la classe très potentiellement sensible est estimée à 71% en 1987 et 2001 et 70% en 2011. Par ailleurs, l’évaluation quantitative durant l’année du 2012 par le biais du suivi du bilan de l’érosion par la technique radioactive du césium-137 et l’érosion linaire montre que l’érosion nette estimée par la technique du césium-137 est plus marque dans le sol du site mixte suivi du site forestier et varie successivement de 34.83 t ha-1yr-1 et 2 t ha-1an-1 par contre les dépôts sont plus marqué dans le site post-incendie et le forestier par des valeurs successivement égales à 6.82 t ha-1an-1 et 1.25 t ha-1 an-1 . Cependant le suivi de l’érosion linaire par l’approche de maillage montre que le site mixte présente de détachement par le ruissellement avec une quantité moyenne de 97.650 Kg contre 62.462 Kg au niveau du site post- incendié et 46.631 Kg au niveau du site forestier. En outre l’évaluation de l’infiltration et le pouvoir hydrofuge durant l’année 2015 montre que la région présente des sols de forte pouvoir et hydrofuge notamment le site post incendie. Les différents résultats d’évaluation montrent que les sols sont naturellement fragiles et que la réduction du couvert végétal par les incendies rend les sols de la région de plus en plus dégradés.

Présentation (PNST)

Page publiée le 12 octobre 2021