Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2020 → Communication publique et territoriale et valorisation des patrimoines algériens : Le cas de Batna

Université Badji Mokhtar-Annaba (2020)

Communication publique et territoriale et valorisation des patrimoines algériens : Le cas de Batna

Hannachi, Fadia

Titre : Communication publique et territoriale et valorisation des patrimoines algériens : Le cas de Batna

Public and territorial communication and promotion of Algerian heritage : The case of Batna

Auteur : Hannachi, Fadia

Etablissement de soutenance : Université Badji Mokhtar-Annaba. co tutelle Université Côte d’Azur Nice

Grade : Doctorat : Information et communication : Université Badji Mokhtar-Annaba : 2020

Résumé
Cette thèse porte sur le rôle de la communication publique et territoriale dans la valorisation du patrimoine algérien. Les objectifs sont multiples. Il s’agit tout d’abord de comprendre ce qu’est une valorisation patrimoniale en Algérie. Ensuite, de décrire les formes et intentions de communication qui l’accompagnent. À la suite, nous donnons la parole aux acteurs du territoire de la wilaya de Batna pour mettre au jour le processus de valorisation de leur patrimoine bâti. Cette thèse s’inscrit dans les travaux réalisés en sciences de l’information et de la communication à la suite de Jean Davallon et ceux du collectif Langages, Objets, Territoires et Hospitalités (LOTH) sur la valorisation et la préservation des patrimoines naturel, matériel et immatériel au Maghreb. L’approche méthodologique comprend trois étapes. La première consiste à une exploration des 19 sites classés de cette wilaya ; cela nous a permis d’évaluer son potentiel patrimonial et touristique pour, d’une part, sérier les sites patrimoniaux déjà intégrés dans un processus de patrimonialisation et, d’autre part, penser la mise en valeur communicationnelle de sites méconnus ou laissés à l’abandon. La deuxième étape comporte un recueil des données par entretiens auprès des acteurs locaux concernés de la wilaya de Batna, concernés directement ou indirectement, par les questions de valorisation du patrimoine. Il s’agissait aussi identifier et de catégoriser les parties prenantes en présence. Ceci a été complété par un recueil de données documentaires lié aux valorisations patrimoniales. La troisième étape est une enquête par questionnaires auprès de visiteurs des sites historiques de la wilaya de Batna. Cela nous a permis de construire notre problématique autour de trois éléments clés : le manque de culture patrimoniale de la population et l’absence de préoccupation pour sa valorisation en lien avec une possible « identité culturelle », et enfin, mesurer les besoins et demandes en termes de communication publique et territoriale. Plus globalement, les résultats montrent que la richesse patrimoniale de Batna est mal exploitée. Certains sites sont abandonnés et /ou peu sécurisés et ne participent que faiblement aux dynamiques locales, surtout touristiques. La communication locale autour de ce patrimoine reste, elle, encore très limitée en dépit de son importance comme de sa valeur et se heurte à des mécanismes bureaucratiques. En somme, c’est toujours une centralisation de la politique patrimoniale au niveau des ministères de tutelle et, avec elle, une priorisation des demandes sociales en matière de culture en une communication institutionnelle ou publicitaire. De fait, les pouvoirs publics sont davantage dans une optique de faire valoir une image publique valorisante que de créer des échanges avec les publics et la population. Au niveau des acteurs de la société civile, les résultats font état d’un manque de considération du travail associatif ainsi qu’une faible coordination et communication avec les instances officielles, ceci avec un manque de moyens et de financements. Pour la population, il y a une hiérarchisation des besoins. Les besoins sociétaux priment sur les loisirs et les sorties ou habitudes culturelles. Cette recherche montre que la valorisation des ressources patrimoniales de Batna pourra participer au développement territorial à long terme. Qu’elle nécessiterait une communication publique et territoriale adaptée à la réalité locale qui permette autant la participation des acteurs locaux de la société civile que celle de la population pour répondre aux défis spécifiques d’une valorisation patrimoniale de ce territoire.

Mots Clés : Communication publique Communication territoriale Batna Algérie Valorisation du patrimoine Développement territorial

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 30 octobre 2021