Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2020 → Quels leviers pour améliorer l’efficience d’utilisation de l’eau et réduire la pollution agricole dans un contexte climatique changeant. Le cas du bassin de Litanie au Liban.

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2020

Quels leviers pour améliorer l’efficience d’utilisation de l’eau et réduire la pollution agricole dans un contexte climatique changeant. Le cas du bassin de Litanie au Liban.

Al Akhrass B.

Titre : Quels leviers pour améliorer l’efficience d’utilisation de l’eau et réduire la pollution agricole dans un contexte climatique changeant. Le cas du bassin de Litanie au Liban.

Auteur : Al Akhrass B.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master 2. Ingénierie du Développement Territorial et Environnement [IDTE]. 2020

Résumé
Le bassin du Litani est une zone semi-aride et elle est de plus en plus impactée par les dérèglements climatiques. La sécheresse tend à s’aggraver dans le contexte du changement climatique, avec des conséquences socio-économiques majeures, notamment dans le domaine agricole qui est le secteur le plus vulnérable face à cet aléa climatique. En ce sens, l’étude de la résilience des exploitations agricoles est un enjeu important. Notre stage s’inscrit dans le cadre du projet du CHAAMS qui porte sur l’étude de la résilience des exploitations agricoles et sur l’analyse des stratégies d’adaptation des agriculteurs face au manque d’eau. Alors, l’objectif de la présente étude est d’imaginer, avec les acteurs locaux, des possibles situations futures pour les exploitations, d’étudier leurs fonctionnements, leur résilience et de permettre aux différentes parties prenantes de réfléchir ensemble sur les défis de demain. Pour cela, il est typique d’appliquer une typologie réelle pour caractériser le fonctionnement et les menaces des exploitations agricoles actuelles. De cette analyse, il en résulte cinq types : i) les exploitations à dominance céréalière (sans irrigation), ii) les exploitations à dominance maraîchère complètement irriguées, iii) les exploitations cultivant des cultures diversifiées (céréales, maraîchage, arboriculture), iv) les exploitations à dominance arboricole avec une partie des terres cultivées irriguée, v) les exploitations à dominance viticulture presque complètement irriguées. Dans ce contexte, cette étude a permis d’analyser l’effet que peut avoir un choc sur un système de production, grâce au développement d’un modèle qualitatif, une nouvelle approche participative basée sur l’opinion des acteurs, qui a été utilisée et qui permet d’identifier les principaux problèmes et les stratégies d’adaptation selon la perspective des acteurs. Des grilles d’évaluation ont été utilisées pour caractériser les exploitations actuelles et futures et pour comparer la résilience des exploitations. Les résultats ont montré que les exploitations futures cherchent à se diversifier en gardant les mêmes fonctions que les exploitations actuelles, et que la diversification des cultures améliorait la performance et la résilience de l’exploitation agricole.

Mots-clés : EFFICIENCE D’UTILISATION DE L’EAU ; POLLUTION PAR L’AGRICULTURE ; CHANGEMENT CLIMATIQUE ; ZONE SEMI ARIDE ; RESILIENCE ; RESSOURCE EN EAU ; EXPLOITATION AGRICOLE ; CLASSIFICATION ; SECHERESSE ; DIVERSIFICATION ; APPROCHE PARTICIPATIVE ; LIBAN

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 4 novembre 2021