Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2020 → Analyse de la diversité et déterminants des pratiques à potentiel agro-écologique en situation irriguée. Le cas de la plaine du Haut-Chéliff en Algérie

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2020

Analyse de la diversité et déterminants des pratiques à potentiel agro-écologique en situation irriguée. Le cas de la plaine du Haut-Chéliff en Algérie

Hadjloum C.

Titre : Analyse de la diversité et déterminants des pratiques à potentiel agro-écologique en situation irriguée. Le cas de la plaine du Haut-Chéliff en Algérie

Auteur : Hadjloum C.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master 2. Gestion des territoires et développement local. Parcours : Gestion Agricole et Territoires [GAT] 2020

Résumé
Dans la plaine de Haut Chéliff, l’agriculture irriguée est menacée par les pratiques agricoles intensives qui exercent une forte pression sur les ressources naturelles comme la surexploitation quantitative et qualitative des eaux souterraines mais aussi des sols. Cette pression sur les ressources est souvent accompagnée par des vulnérabilités socioéconomiques touchant en particulier les agriculteurs familiaux. En marge de cette logique d’intensification, il émerge des pratiques à potentiel agro-écologique qui sont adoptées localement par les agriculteurs afin de faire face à différentes formes de contraintes tout en préservant les ressources naturelles. Ces pratiques sont considérées comme de potentielles alternatives à une agriculture fortement intensive. Ce travail vise à caractériser la diversité des pratiques à potentiel agro-écologique qui émergent au sein d’un territoire irrigué dans le nord-ouest algérien connu pour des problématiques de dégradation de ressources naturelles en lien avec le développement d’une agriculture irriguée intensive. L’objectif est de comprendre les conditions de leur mise en place et de leurs déterminants. Pour ce faire, des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès d’un échantillon d’agriculteurs combinés avec des observations de terrain. Cette étude montre que, malgré une intensification agricole fortement encouragée et subventionnée par l’Etat dans la plaine irriguée, il existe une diversité de pratiques à potentiel agro-écologique qui sont mises en place par les agriculteurs pour diverses raisons. Les pratiques les plus adoptées sont les rotations de cultures, la diversification des productions, la fertilisation organique et l’association de cultures. L’analyse des logiques des agriculteurs a montré que le premier objectif d’adoption de ces pratiques reste quand même économique mais accompagné par un souci de préservation des ressources quand c’est possible. Le mode de faire-valoir, la superficie des exploitations agricoles, l’accès à l’eau sont les principaux facteurs qui influencent ces pratiques. L’identification des pratiques agro-écologiques et des facteurs qui les influencent permet d’ouvrir des pistes de réflexion sur la manière de réduire les impacts environnementaux de l’agriculture irriguée tout en préservant un niveau de productivité acceptable pour les agriculteurs.

Mots-clés : IRRIGATION ; AGROECOLOGIE ; SYSTEME DE PRODUCTION ; GESTION DES RESSOURCES NATURELLES ; AGRICULTURE ALTERNATIVE ; ALGERIE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 23 octobre 2021