Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → Thèses en préparation → 2020 → Un équilibre épuisant Changement et stabilité dans l’agriculture marocaine : le Plan Maroc Vert

Université Paris 10 (2020)

Un équilibre épuisant Changement et stabilité dans l’agriculture marocaine : le Plan Maroc Vert

Ferlaino Beatrice

Titre : Un équilibre épuisant Changement et stabilité dans l’agriculture marocaine : le Plan Maroc Vert

Auteur : Ferlaino Beatrice

Université : Université Paris 10 en cotutelle avec l’Université de Florence

Discipline : Science politique

Sous la direction de : Béatrice Hibou et de Matteo Puttilli.

Résumé
Pour le rapport à la terre et l’historicité que l’agriculture rappelle, elle est communément considérée comme un lieu de tradition, qui maintient et cultive les valeurs et les coutumes des lieux où elle est pratiquée. Cependant, cette vision révèle une approche romantique du secteur primaire, qui, dans une grande partie du monde, a vu de fortes impulsions de modernisation : aujourd’hui, les territoires agricoles ne parlent pas toujours du passé mais, au contraire, ils se perçoivent souvent comme tournés vers l’avenir. Le Maroc est un pays fortement agricole et, dans son histoire, ce secteur productif a été investi dans des projets de modernisation visant à apporter des changements à l’ensemble du pays. Le Plan Maroc Vert (PMV), dernière politique agricole marocaine, est l’aboutissement de ce parcours et l’exemple d’un modèle de développement exportable sur le continent africain (soutien important de la politique étrangère du pays). Selon ce plan, la modernisation de l’agriculture est considérée comme un instrument permettant de diffuser les compétences entrepreneuriales dans les environnements ruraux et de stabiliser la population dans les campagnes, en essayant ainsi de contenir et de gérer l’exode rural. La mise en relation, par le biais de l’agriculture, des propositions de changement social et politique, et des stratégies pour limiter la déstabilisation -déclenchée par n’importe quel événement - est une caractéristique du contexte étudié. Ce travail utilise l’agriculture marocaine comme point d’entrée pour réfléchir sur la façon dont le changement et la stabilité deviennent conditions de possibilités, représentations sociales influencées par des pratiques et des visions contingentes, qui sont remplies de sens en fonction des priorités politiques présentes et qui, à leur tour, en légitiment les hypothèses théoriques. Pour aborder ces deux concepts, le travail prendra d’abord en analyse le rapport entre la représentation de la réalité et l’action politique dans le contexte agricole marocain, en approfondissant le rôle de la sociologie rurale dans la direction et l’influence de l’approche du secteur primaire et de sa perception. Ensuite, on se concentrera sur trois dichotomies mobilisées aux différentes époques pour définir au cas par cas ce qui est considéré comme un changement souhaitable et nécessaire pour construire des idées différentes de stabilité : public/privé, traditionnel/moderne et bon/médiocre seront les binômes problématisés et observés dans leur profondeur historique, devenant lentes à travers lesquelles enquêter sur les formes de changement et de stabilité et leurs relations.

En préparation depuis le : 03-12-2020 .

Source : Theses.fr

Page publiée le 15 novembre 2021