Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → Thèses en préparation → 2021 → Prévision météorologique en Afrique de l’Ouest avec prise en compte des Poussières désertiques et anthropiques

Université Genoble Alpes (2021)

Prévision météorologique en Afrique de l’Ouest avec prise en compte des Poussières désertiques et anthropiques

Clauzel Léo

Titre : Prévision météorologique en Afrique de l’Ouest avec prise en compte des Poussières désertiques et anthropiques

Auteur : Clauzel Léo

Université : Université Genoble Alpes

Discipline : Océan, Atmosphère, Hydrologie

Sous la direction de : Sandrine Anquetin.

Résumé
Afin de répondre aux enjeux d’électrification du continent africain tout en respectant les accords de Paris, l’introduction de l’énergie solaire dans les réseaux électriques nationaux et les micro-réseaux off-grid conduit à de véritables défis de gestion de cette ressource intermittente. En effet, la prévision court terme de la production solaire, liée à l’irradiance solaire et à la température, est très incertaine car la charge en aérosols est mal appréhendée dans les chaînes de prévision du temps. Ces prévisions incertaines conduisent les gestionnaires des fermes solaires à peu introduire cette ressource solaire sur les réseaux, conduisant ainsi à un taux de pénétration du solaire bien inférieur à la production « théorique ». L’objectif de ce projet de recherche doctorale est de s’attacher à mieux rendre compte des processus de basse couche (nuages bas ; charge en poussière) afin d’améliorer les prévisions de la variabilité solaire de 1 à 3 jours et ainsi réduire la gestion incertaine de cette ressource à niveau du réseau. Comme preuve de concept, cette thèse sera ciblée sur deux fermes solaires, Zagtouli (Burkina Faso) et Ten Merina (Sénégal), toutes les deux connectées au réseau national. Pour cela, il s’agira de mettre en place le modèle atmosphérique WRF-Chem qui permet de rendre compte de l’ensemble des interactions bilan radiatif - couverture nuageuse. Il s’agira de mieux comprendre les interactions entre les aérosols (essentiellement d’origine désertique), les nuages et le rayonnement solaire à la surface. Ce projet de thèse s’inscrit dans le cadre d’une collaboration avec la société Steadysun (startup de l’Institut National de l’Énergie Solaire (INES) à Chambéry) et dans le cadre du Laboratoire Mixte International NEXUS de l’IRD en Côte d’Ivoire, co-piloté par l’IGE.

En préparation depuis le : 01-10-2021 .

Source : Theses.fr

Page publiée le 27 octobre 2021