Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2018 → Relinsert - L’insertion par le religieux des migrants au Burkina Faso

Agence Nationale de la Recherche (France) 2018

Relinsert - L’insertion par le religieux des migrants au Burkina Faso

Insertion Migrants Religion

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : Relinsert - L’insertion par le religieux des migrants au Burkina Faso

Date : Début et durée du projet scientifique : mars 2018 - 36 Mois

Présentation
Ce projet vise à analyser le rôle du religieux dans l’insertion de migrants qui s’installent au Burkina Faso ou qui en sont originaires, dans trois régions du pays marquées par des dynamiques migratoires et religieuses importantes.

Ce projet vise à analyser la capacité d’insertion sociale associée aux religions dans le contexte des mouvements migratoires qui ont pour départ ou destination plusieurs localités du Burkina Faso. Elle s’y joue en effet à la fois sur la scène publique, à l’échelle de la vie locale et sur la scène privée, au niveau d’une micro-échelle constituée par le réseau social personnel ou familial. Dans ce contexte, il s’agit d’interroger la manière dont la religion, entendue comme une pratique sociale, peut constituer une ressource pour permettre aux migrants (de retour, internes ou internationaux) de s’insérer. Plusieurs questions se posent dans cette perspective : quelles sont les pratiques actuelles des migrants en matière de religion lorsqu’ils s’installent ou se réinstallent au Burkina Faso ? Est-ce que la conversion joue un rôle important pour leur insertion ? De quelle manière les institutions religieuses peuvent-elles contribuer à inscrire les migrants dans l’espace urbain ou rural ? Quelle place ont-elles dans l’accès aux services sociaux de base pour les migrants (écoles, dispensaires, aides sociales...) ? Quels sont les enjeux sociopolitiques locaux entourant le religieux en migration ? L’hypothèse principale est ainsi que le religieux en migration, loin d’être systématiquement facteur de divisions sociales, est jusqu’à présent apparu comme un facteur de cohésion et d’intégration dans le contexte de ces localités burkinabè, en grande partie composé par des mouvements migratoires. Les objectifs sont attendus à plusieurs niveaux, et se situent notamment dans la création d’une équipe nouvelle sur le thème du religieux en migration en Afrique de l’Ouest (reposant sur un partenariat entre l’IRD et l’INSS) et dans la proposition d’une lecture des liens entre religions et migrations à partir de l’exemple burkinabè, où ces deux dimensions ne sont pas nécessairement entendues comme facteur d’exclusion sociale ou de discrimination lorsqu’elles sont pensées ensemble.

Coordinatrice : Alice Degorce (Institut de recherche pour le développement)

Financement Aide de l’ANR : 223 400 euros

Présentation (ANR)

Page publiée le 7 novembre 2021