Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2021 → NILAFAR - Les régions du Nil et de l’AFAR : archives fluviaux-lacustres des changements hydrologiques et impact sur l’adaptation humaine depuis 20,000 ans

Agence Nationale de la Recherche (France) 2021

NILAFAR - Les régions du Nil et de l’AFAR : archives fluviaux-lacustres des changements hydrologiques et impact sur l’adaptation humaine depuis 20,000 ans

Archives Nil Afar Hydrologie

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre :NILAFAR - Les régions du Nil et de l’AFAR : archives fluviaux-lacustres des changements hydrologiques et impact sur l’adaptation humaine depuis 20,000 ans

Date : Début et durée du projet scientifique : mars 2021 - 48 Mois

Contexte
Le projet NILAFAR se propose d’étudier l’impact des fluctuations hydrologiques de ces 20.000 dernières années sur les sociétés, en Afrique du Nord Est, et en particulier sur le développement du pastoralisme. NILAFAR vise également une meilleure compréhension des mécanismes climatiques à l’origine des fluctuations d’intensité de la mousson Africaine et des épisodes courts d’hyperaridité. Lors de ces épisodes, l’African Humid Period (AHP) a vu le repli ou la dissémination de groupes humains mobiles. Dans un environnement qui a pu être aussi limitatif que stimulant, les sociétés ont innové vers de nouveaux modèles économiques, en passant d’une économie de prédation à une économie de production. NILAFAR se propose donc d’explorer la corrélation entre le régime paléo-hydrologique et l’évolution de ces anthroposystèmes dans la vallée de l’Afar en Éthiopie et Djibouti. En particulier, l’AHP sera revisitée à haute résolution temporelle ( 100 years), à l’aide d’outils inorganique et organique novateurs traçant les fluctuations hydrologiques des lacs et les variations de l’altération des sols éthiopiens. Dans ce contexte, nous étudierons les lacs Afambo, Gamari et Abhé et leurs bassins versants qui ont enregistré à haute résolution les changements de moussons et les changements environnementaux depuis le Pléistocène récent (pré 11.7 ka) jusqu’à l’Holocène récent (pré Anthropocène). L’originalité du projet est sa synergie disciplinaire et humaine entre des études de terrain en région Afar (archéologie, carottage de lacs, géomorphologie, géomatique de ces lacs et de leurs bassins versants), une reconstitution des modèles de peuplements et de paléoéconomies à partir du couplage de l’étude des archives morphosédimentaires et des archéomatériaux, des modélisations hydro-climatiques, et une reconstitution des fluctuations hydrologiques à partir du couplage d’outils novateurs (isotopie du lithium, biomarqueurs) et d’outils classiques (isotopie du néodyme, diatomées, et fonctions de transfert hydrochimique). L’établissement de modèles d’âges robustes, que ce soit pour les archives lacustres, les sols, et pour les implantations humaines sera une priorité, et nos résultats préliminaires sont très encourageants. Des simulations climatiques à grande échelle seront utilisées pour étudier les mécanismes du changement de mousson, au cours de la dernière déglaciation/Holocène et le débit de la rivière Awash qui draine cette zone ainsi que le débit du Nil Bleu. Ces modèles ainsi testés sur une large gamme de climats et hydrologies passés constitueront d’excellents outils pour prévoir les variations climatiques et hydrologiques futures à l’échelle de cette région. Enfin, la coévolution Homme-Ecosystème-Climat sera établie sur cette large séquence chronologique. Le but ultime de ce projet est de proposer des solutions à une meilleure adaptation des populations face aux défis de nos sociétés en termes d’agro-pastoralisme et de ressources en eau, matière première dans ces pays en phase de développement d’infrastructures. Nous formerons des étudiants et futurs chercheurs sur les mécanismes de réchauffement climatique et l’avenir des régions arides. Cette transmission de savoir s’effectuera sur quatre années à travers une demande de post-doctorat pour la modélisation et pour l’archéologie ; une demande de thèse pour l’acquisition des données innovantes. Ce projet sera aussi l’occasion de renforcer la formation des étudiants éthiopiens sur le terrain et en géochimie via des cursus universitaires communs.

Coordinatrice : Marie Revel (Géoazur)

Partenaires  : LOV Laboratoire d’océanographie de Villefranche CEPAM Cultures et Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge GEOAZUR Géoazur TRACES Travaux de Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés LGL-TPE Laboratoire de géologie de Lyon : Terre, planètes, environnement Aide de l’ANR 558 684 euros

Financement Aide de l’ANR : 558 684 euros

Présentation (ANR)

Page publiée le 5 novembre 2021