Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2021 → PlastiMil - Plasticité racinaire adaptative chez le mil

Agence Nationale de la Recherche (France) 2021

PlastiMil - Plasticité racinaire adaptative chez le mil

Plasticité Racine Mil

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : PlastiMil - Plasticité racinaire adaptative chez le mil

Date : Début et durée du projet scientifique : février 2021 - 48 Mois

Contexte
Le mil revêt une importance majeure pour la sécurité alimentaire dans les zones arides et semi-arides d’Afrique de l’Ouest et d’Inde. Il est prédit que les changements climatiques vont augmenter la fréquence d’évènements extrêmes (longues périodes de sécheresse entrecoupées de fortes précipitations en particulier) affectant fortement son rendement. Ainsi, améliorer l’adaptation du mil face à l’incertitude des précipitations est devenu une nécessité. Les racines représentent une cible pour l’adaptation du mil à la sécheresse de par leur rôle dans l’acquisition de l’eau et leur grande capacité à modifier leur développement en réponse à l’environnement. Les traits changeants en réponse à un nouvel environnement sont appelés plastiques. Cette plasticité peut être adaptative si elle améliore l’adaptation de la plante dans le nouvel environnement, par exemple en stabilisant d’autres traits d’importance agronomique. Ainsi, développer des variétés capables de répondre à la sécheresse par le développement d’organes racinaires plus aptes à capturer et à transporter l’eau représente une perspective particulièrement intéressante. Pourtant, les mécanismes associés à la plasticité racinaire restent élusifs chez les plantes en général et chez le mil en particulier.

Présentation
Le projet PlastiMil vise à identifier les déterminants génétiques et la signification physiologique associés à la plasticité adaptative racinaire en réponse à la sécheresse chez le mil. Il utilisera les données de phénotypage racinaire (architecture et anatomie) issues d’un panel de 150 lignées de mil séquencées obtenues au cours de deux années d’essais au champ en condition irriguée et de sécheresse. Ces données seront exploitées à l’aide de modèles statistiques afin d’identifier des traits racinaires plastiques variables entre lignées de mil en réponse à la sécheresse (contrôlés par l’interaction génotype-environnement) et de quantifier la plasticité de ces traits de façon précise. Les associations entre la plasticité de ces traits racinaires, la stabilité de traits agronomiques et l’origine géo-climatique de chaque lignée seront étudiées et permettront d’inférer le caractère adaptatif ou non de la réponse plastique. Les traits racinaires plastiques variables, héritables et adaptatifs feront l’objet d’une étude de génétique d’association afin d’identifier des régions du génome contrôlant leur plasticité. L’étude de l’expression globale des gènes à des étapes clés d’une réponse plastique particulièrement intéressante permettra de sélectionner des gènes potentiellement impliqués dans cette dernière. Deux gènes identifiés par ces approches seront invalidés et la plasticité du trait racinaire considéré en réponse à la sécheresse sera évaluée chez les plantes mutantes en comparaison avec les plantes sauvages. Les plantes mutantes affectées dans leur réponse plastique serviront pour l’étude de l’impact de la plasticité racinaire sur le statut hydrique du mil en condition de sécheresse en considérant leur capacité de transport d’eau racinaire, de transpiration et d’efficience d’utilisation de l’eau.

Coordinateur : Alexandre GRONDIN (Diversité, adaptation et développement des plantes)

Partenaires  : Université de Nottingham et Institut Sénégalais des Recherches Agricole

Financement Aide de l’ANR : 287 168 euros

Présentation (ANR)

Page publiée le 5 novembre 2021