Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2017 → Agadir ou la poursuite de la route vers l’Afrique subsaharienne. Une entrée par les flux de produits vivriers

IRD - Institut de Recherche pour le Développement (2017)

Agadir ou la poursuite de la route vers l’Afrique subsaharienne. Une entrée par les flux de produits vivriers

Agadir Flux Route

IRD - Institut de Recherche pour le Développement, France

Titre : Agadir ou la poursuite de la route vers l’Afrique subsaharienne. Une entrée par les flux de produits vivriers

Pays : Maroc

Durée : 01/01/2017 — 01/12/2020

Contexte
Nora Mareï, chargée de recherche au CNRS UMR PRODIG, a débuté un travail sur les échanges entre Maghreb et Afrique de l’Ouest, notamment sur les modalités de transport maritime et routier. Deux terrains ont été réalisés, le premier à Casablanca et Rabat, sur les acteurs de la relation, transporteurs, logisticiens, populations migrantes ; puis un deuxième, dans le cadre du LMI MOVIDA, en 2017 à Rosso-Sénégal ; un troisième terrain à Tanger a eu lieu en 2018 avec le soutien du LabEx DynamiTe (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne).

Pour Jérôme Lombard, géographe à l’IRD UMR LPED, qui a observé ce corridor routier à partir du Sénégal (2000-2004) et de la Mauritanie (2007-2008-2009 à Nouakchott et Nouadhibou), il s’agit de poursuivre la réflexion sur les lieux de l’échange situés le long de la route. Observer ce qui se passe à Agadir, au sud du Maroc, permet de poser la question suivante : la ville est-elle dans cette partie du continent une des plaques-tournantes des échanges et circulations sous-régionaux (commerce agricole, migrations) ?

Objectifs
En croisant les approches en Mauritanie (janvier 2020), pays-clé dans les échanges régionaux et évoqué en permanence par les acteurs rencontrés à Agadir, nous poursuivons la route de l’Afrique subsaharienne et l’observation des effets des flux de biens marchands et des circulations de personnes sur les territoires.

A partir d’Agadir : saisir les modalités de fonctionnement du corridor d’échanges littoral Tanger-Casablanca-Agadir-Nouakchott-Dakar (et Bamako).

Coordination : * Jérôme Lombard , géographe à l’IRD UMR PRODIG * Nora Mareï, chargée de recherche au CNRS UMR PRODIG

Partenaires  : LMI MOVIDA Faculté de Lettres-Université Ibn Zohr d’Agadir Département de géographie- Université Al Aasriya-Université de Nouakchott

Présentation (IRD)

Page publiée le 9 novembre 2021