Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2018 → SICMED – Surfaces et Interfaces Continentales – MISTRALS/INSU-CNRS Thème : Recharge des aquifères en Méditerranée semi-aride

IRD - Institut de Recherche pour le Développement (2018)

SICMED – Surfaces et Interfaces Continentales – MISTRALS/INSU-CNRS Thème : Recharge des aquifères en Méditerranée semi-aride

Recharge Aquifère Semi-Aride

IRD - Institut de Recherche pour le Développement, France

Titre : SICMED – Surfaces et Interfaces Continentales – MISTRALS/INSU-CNRS Thème : Recharge des aquifères en Méditerranée semi-aride

Durée : 01/01/2018 – 01/12/2020

Présentation
Une part importante de l’eau disponible en Méditerranée provient d’aquifères situées dans des plaines et alimentés par des zones montagneuses situées en amont. Pour mieux gérer ces ressources actuellement surexploitées notamment par l’irrigation, il est nécessaire de mieux comprendre leur fonctionnement. La principale question est alors de quantifier et modéliser leur recharge.

Dans ce but, deux approches sont développées avec le soutien de SICMED :
* L’une consiste, les précipitations étant connues, à améliorer la connaissance de l’évapotranspiration (ET) des zones amont (perte vers l’atmosphère) et donc d’en déduire la fraction qui s’écoule et celle qui s’infiltre vers les aquifères par résolution du bilan hydrique du bassin. Dans cette perspective,une station de mesure de l’ET sera installée au printemps 2020 dans le Haut-Atlas de Marrakech à 3850 m d’altitude, qui permettra également de mesurer la sublimation de la neige. Ces données permettront de développer des méthodes d’estimation de l’ET en montagne par satellite.
* La seconde approche consiste à estimer les flux hydriques à partir des variations de composition chimique des eaux par des approches isotopiques, à différentes étapes du cycle hydrologique (pluies, écoulement, sources, nappes), pour en déduire la fraction qui aboutit dans les nappes. Dans ce cadre, un réseau de mesure est en cours de déploiement dans le Haut-Atlas et le Moyen-Atlas afin de caractériser la composition isotopique des précipitations à différentes altitudes y compris la neige, mais également celle des écoulements (sources, oueds) et des aquifères.

Partenaires
* France : Centre d’Etudes Spatiales de la Biosphère ( UMR CESBIO) ; Hydrosciences Montpellier ( UMR HSM) : Centre Européen de Recherche et d’Enseignement en Géosciences de l’Environnement ( UMR CEREGE)
* Maroc : Université Cadi Ayyad ( UCAM) : Université Ibn Zohr ( UIZ) : Office Régional De Mise En Valeur Agricole Du Haouz ( ormvah) : Agence du bassin hydraulique de Tensift ( ABHT)

Coordination
* Vincent Simonneaux , ingénieur de recherche IRD, UMR CESBIO
* Laurence Vidal, professeur, Université Aix-Marseille, UMR CEREGE

Présentation (IRD)

Page publiée le 7 novembre 2021