Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2016 → Hydrodynamique des aquifères phréatiques côtiers en zone sud de la Méditerranée, mécanisme de salinisation et évolution qualitative et quantitative face aux contraintes anthropiques

IRD - Institut de Recherche pour le Développement (2016)

Hydrodynamique des aquifères phréatiques côtiers en zone sud de la Méditerranée, mécanisme de salinisation et évolution qualitative et quantitative face aux contraintes anthropiques

Aquifères Salinisation Anthropique

IRD - Institut de Recherche pour le Développement, France

Titre : Hydrodynamique des aquifères phréatiques côtiers en zone sud de la Méditerranée, mécanisme de salinisation et évolution qualitative et quantitative face aux contraintes anthropiques

Durée : 01/01/2016 – 01/01/2023

Contexte
Dans les pays au sud de la Méditerranée, où le climat est le plus souvent de type semi aride, les zones côtières présentent en général un climat plus doux et ont toujours fait l’objet d’une forte concentration de la population qui continue de nos jours à s’accroître fortement par rapport aux zones plus continentales. Cette augmentation de la population engendre une fragilisation des ressources en eaux notamment souterraines par une surexploitation de la ressource au service de la consommation domestique, mais aussi des activités agricoles voire industrielles. Ceci se matérialise par une baisse des niveaux piézométriques dans un certain nombre d’aquifères engendrant un déséquilibre au niveau du biseau salin pouvant entraîner une intrusion marine localement et avoir des conséquences sur la qualité chimique de l’eau. De plus beaucoup de ces aquifères côtiers ont aussi naturellement une forte charge saline en raison de la présence d’évaporites dans les formations géologiques superficielles marquant les eaux par des faciès pouvant être chloruré sodique ou sulfaté calcique. En dernier lieu les activités anthropiques mal contrôlées sont un risque majeur sur la qualité des eaux de ces aquifères phréatiques particulièrement vulnérables, nitrates, nitrites, phosphates, pesticides... pour les activités agricoles, métaux lourds... pour l’industrie, borates, molécules organiques ou organo-métallique, contaminants émergents.. pour les activités domestique.

Objectifs
Plusieurs sites ont déjà faits l’objet d’études depuis 2016 : zone de Bizerte (Oued Guenniche, Ghar el Mela, Mateur) et Gabès sous convention IRD-ISTEUB (2016-2021). Ces projets terminés, une nouvelle dynamique a démarré en 2019 avec de nouveaux partenaires ( Faculté des Sciences El Manar - CERTE - INAT) financé par un projet PEER de l’USAID sur la zone du Cap Bon (aquifère du Lebna) et par le LMI Cosys-Med (INRAP) sur la basse vallée de la Merjerda avec le co-encadrement de la thèse de Elhem Moussaoui sur la zone de Sfax.

De façon générale, ces projets se focalisent principalement sur : * l’installation d’un réseau de mesures piézométrique à l’échelle mensuelle et suivi physico-chimiques. * la mise en place de divers de pression pour des mesures à haute résolution. * la réalisation de campagnes d’hydrochimie et de mesures isotopiques de la molécule d’eau sur la nappe et sur les précipitations sur chaque site et d’une campagne de datation par éléments naturels radioactifs. * les mesures de contaminants, pesticides, organometalliques, dans le cadre du LMI Cocys Med, dans l’aquifère en concertation avec les mesures faites en surface par les autres membres du LMI. * la mise en évidence de l’acquisition de la minéralisation des eaux souterraines part naturelle et part anthropique, mode de recharge, circulation de l’eau dans l’aquifère et calcul des temps de résidence, afin de fournir une modélisation conceptuelle de l’aquifère dans une première approche. Dans le cadre du LMI évaluation de la vulnérabilité de la nappe aux contaminants mesurés, étude des échanges surface-souterrain, suivi des contaminants dans l’aquifère amont-aval et modélisation.

Partenaires  : Institut Supérieur des Technologies de l’Environnement de l’Urbanisme et du Bâtiment ( ISTEUB) Faculté des Sciences El Manar Centre des Recherches et des Technologies des Eaux ( CERTE) Institut national agronomique de Tunisie ( INAT) École nationale d’ingénieurs de Sfax ( ENIS Sfax) Institut National de Recherche et d’Analyse Physico-Chimique ( INRAP)

Présentation (IRD)

Page publiée le 9 novembre 2021