Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2020 → Modélisation des flux hydro-sédimentaires et cartographie des zones à risque d’érosion hydrique par SIG (application au sous bassin du barrage oued cherf (Nord-est algerien)

Université 8 mai 1945 de Guelma (2020)

Modélisation des flux hydro-sédimentaires et cartographie des zones à risque d’érosion hydrique par SIG (application au sous bassin du barrage oued cherf (Nord-est algerien)

Hadjadj, Zakariya

Titre : Modélisation des flux hydro-sédimentaires et cartographie des zones à risque d’érosion hydrique par SIG (application au sous bassin du barrage oued cherf (Nord-est algerien)

Auteur : Hadjadj, Zakariya

Université de soutenance : Université 8 mai 1945 de Guelma

Grade : Master Hydraulique Urbaine 2020

Résumé
L’érosion est un phénomène majeur qui cause des dommages non seulement au sol et à l’agriculture, mais aussi à la qualité de l’eau s’élevant à des tonnes de matière transportées annuellement à la surface de la terre. Ce fait a attiré l’intérêt des chercheurs à comprendre son mécanisme et à en expliquer les causes et les conséquences. Ce travail est une étude comparative de l’érosion hydrique dans le bassin semi-humide de l’Oued Cherf ; situé dans le nord-est de l’Algérie. Une description de l’ensemble des paramètres géomorphologiques, géologiques, hydrologiques et climatiques du bassin versant a été réalisée. L’approche retenue pour la quantification du transport sédimentaire consiste à rechercher le meilleur modèle pour représenter le rendement sédimentaire et Sur la base des quantités de sédiments obtenues ; il est constaté que les physiques facteurs : tels que les reliefs escarpés, la nature lithologique vulnérable des roches et la couverture végétale pauvre, ont considérablement contribué à accélérer l’érosion des sols. L’intégration des cartes thématiques des différents facteurs par le modèle RUSEL (Revised Universal Soil Loss Equation ) avec leurs bases de données, a permis d’une manière rapide fournir des éléments pour cartographier la vulnérabilité multifactorielle à l’érosion en passant par une analyse des principaux facteurs de l’érosion à savoir la lithologie, les pentes et l’occupation du sol. Les cartes obtenues sont intégrées dans un Système d’Information Géographique (SIG ARCGIS10.1) à l’aide d’une combinaison additive pour établir une carte de vulnérabilité à l’érosion hydrique. quatre classes de vulnérabilité à l’érosion ont été distinguées : les zones à faible vulnérabilité (>1.2 t/ha/an) qui représente 24.3%de la superficie totale ; les zones à vulnérabilité moyenne (1.2-4 t/ha/an) de 33.5% de sa superficie totale , les zones fortement vulnérables (4-6.55 t/ha/an) et qui représente 14% de sa superficie , les zones très fortement vulnérables (>6.55t/ha/an) qui présente les haute reliefs de formations calcaire dans le Nord-Est du bassin de 28.5% de sa superficie totale. Cette première étude cartographique est un outil devant aider les décideurs pour l’attribution des zones de cultures et des sites pouvant abriter des infrastructures socio-économique

Présentation

Version intégrale (6 Mb)

Page publiée le 8 novembre 2021