Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2008 → Utilisation de la discrimination isotopique du carbone comme critère de sélection du blé dur ( triticum durum desf ) en relation avec le bilan hydrique

Université de Sétif (2008)

Utilisation de la discrimination isotopique du carbone comme critère de sélection du blé dur ( triticum durum desf ) en relation avec le bilan hydrique

SEMCHEDDINE Nadjim

Titre : Utilisation de la discrimination isotopique du Carbone comme critère de sélection du blé dur en relation avec le bilan hydrique

Auteur : Semcheddine Nadjim

Université de soutenance : Université Ferhat Abbas Sétif 1

Grade : Magister : Agriculture et Développement Durable 2008

Résumé
Le déficit hydrique peut engendrer des pertes de rendement à n’importe quel stade de développement du blé. Chez le blé dur (Triticum durum Desf.), en région méditerranéenne, la sécheresse est une des causes principales des pertes de rendement qui varient de 10 à 80% selon les années (Nachit & al., 1998). A l’échelle annuelle, les conséquences d’une sécheresse dépendent de sa période et de sa durée d’action (Amigues & al., 2006). Ce travail a été réalisé durant la campagne 2006/2007, avec une collection de huit génotypes provenant d’une sélection Cimmyt/Icarda. Dans la première partie, nous avons étudié le bilan hydrique pour essayer de caractériser les phases du stress hydrique. Dans la seconde partie, nous avons étudié la cinétique de croissance des génotypes. Le rendement a été analysé à travers l’étude de ces composantes. La réaction des génotypes face au stress hydrique a été étudiée en relation avec le rendement, l’efficacité d’utilisation de l’eau et la discrimination isotopique du carbone 13C. Le bilan hydrique montre que la culture a connu trois phases de stress. La première est observée durant les premiers jours qui ont suivi le semis, la seconde au stade levée début montaison. Enfin, la troisième phase coïncide avec le stade épiaison et se prolonge jusqu’à la récolte et semble avoir le plus d’impact sur le rendement. Les résultats montrent que les génotypes les plus précoces, surtout à l’épiaison, utilisent efficacement l’eau et réalisent les meilleurs rendements. Enfin la discrimination isotopique du carbone 13C est positivement corrélée à la précocité, à l’indice de récolte, à l’efficacité d’utilisation de l’eau et par conséquent au rendement.

Mots Clés  : Isotopique du Carbone Blé dur Bilan hydrique

Présentation

Version intégrale (0,83 Mb)

Page publiée le 22 septembre 2010, mise à jour le 22 septembre 2018