Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2019 → Appui d’urgence aux éleveurs déplacés dans les Régions de Tahoua, Agadez et Tillabéri

2019

Appui d’urgence aux éleveurs déplacés dans les Régions de Tahoua, Agadez et Tillabéri

Niger

Financial Tracking Service - FTS Archives (OCHA)

Titre : Appui d’urgence aux éleveurs déplacés dans les Régions de Tahoua, Agadez et Tillabéri

Pays /Région : Niger

Code projet : HNER19-9-154936-1

Durée : 01/01/2019 — 31/12/2019

Contexte
Les changements climatiques ont encore impacté la situation agropastorale le long de la frontière avec le Mali où le processus de désertification a déjà atteint un niveau considérable. Dans cette zone, les département d’Ayorou, de Banibangou de Tassara, Ingall et Ouallam sont les plus affectés avec une production moyenne de phytomasse largement en dessous de 500 kg par hectare selon la carte de distribution de biomasse établie par ACF pour l’année 2018. ACF estime la production totale de biomasse à l’issue de la campagne pastorale 2018 de ces départements à 397000 tonnes pout Tassara, 302000 tonnes pour Banibangou, 265000 pour Ayorou, tous largement en dessous des besoins des animaux calculés à l’issue de la campagne pastorale 2017. Dans cette même zone, les problèmes d’insécurité se sont exacerbés avec l’aggravation des vols et confiscation du bétail et le racket des bandits armés, les mesures d’interdiction des marchés qui bloquent le ravitaillement de la zone en plus commodités de première nécessité comme les aliments bétail. La conjugaison de l’ensemble de ces facteurs a eu un effet l’aggravation des problèmes d’insécurité alimentaire et nutritionnelle et l’exacerbation de la pauvreté des populations de la zone. Les déplacements des populations pour cause de conflit, se traduisant par dizaines de milliers de ménages déplacés vers la zone intermédiaire, en plus des 56 000 maliens réfugiés présents dans la zone, sont venus exacerber les tensions latentes qui opposent éleveurs peuls et agriculteurs Djerma d’une part et les tensions peuls et touareg Daoussack de l’autre dans toute la bande allant de Chinogoder à Inatés. Ces conflits ont connu en 2018 une extension vers l’ouest dans la commune de Goroual, notamment dans la zone de Dolbel qui fait frontière commune avec le Burkina et où évoluent les insurgé du centre du Mali. En zone pastorale, la dégradation graduelle de la végétation suite aux chocs structurels subis depuis plusieurs années est évidente dans certaines zones, y compris les parties nord de Dosso, est Tillabéri et Tahoua, où malgré une pluviométrie favorable la biomasse reste en-dessous de la normale à la fin de la saison des pluie

Résumé
Le projet vise a apporter une assistance en aliment bétail et non alimentaire aux ménages d’éleveurs vulnérables et déplacés dans les zones à déficit fourrager de Bankilaré, Abalak, Banibangou, Tchintabaradene, Ingall et Téra. *Distribution ou mise à disposition ( foire) de 6 500 tonnes de complément alimentaire ( son de blé,..) à 18 700 ménages parmi lesquels 2 431 ménages seront dirigés par les femmes. 136 000 petits ruminants et 15 300 bovins bénéficieront de cette assistance ainsi parmi lesquels 17 680 petits ruminants et 1 989 bovins appartenant aux femmes dans les département de Ingall, Tassara, Banibangou, Ayorou et Téra Bankilaré et Tchintabaradene. Tous ces animaux seront également déparasités et vaccinés L’’objectif est de permettre aux pasteurs de pourvoir une complémentation alimentaire à chacun de leur animaux équivalentes à 250 grammes par petit ruminant et 2,5 kg par gros ruminant par jour sur une période de 3 mois. .* Distribution de 30 dollars sous formes de CASH + ( appui en intrant et cash) à 18 7000 ménages récipiendaires de l’assistance en aliment bétail pendant une période de 3 mois pour prévenir la vente précoce des animaux ou aliment à des fins d’approvisionnement de la famille en céréales ou autres besoins de première nécessité. .*.Distribution de l’équivalent de 200 dollars ( en cash ou nature) à 2 000 jeunes (dont un minimum de 1 200 femmes) provenant des ménages déplacés pour leur permettre d’initier des activités génératrices touchant divers domaines notamment celui de la transformation de produits agro-sylvo-pastoraux ; petits élevage et commerce * mise en place de 400 kms de bande pare-feu pour protéger les zones de forte production .* Renforcer la coordination des acteurs locaux et du groupe sectoriel de la sécurité alimentaire en mettant l’accent sur le partage et l’évaluation des informations dans tout le pays

Organisation (s) : Food & Agriculture Organization of the United Na
Partenaires de mise en oeuvre : ONG internationales and nationales, service de l’élevage

Financement : 1,342,528 $

FTS Archives - Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA)

Page publiée le 14 novembre 2021