Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2020 → Assurer l’accès à une formation professionalisante de qualité à 3000 adolescents (filles/garçons) dans les deux régions affectées par les effets de la crise malienne (Tahoua et Tillabéri)

2020

Assurer l’accès à une formation professionalisante de qualité à 3000 adolescents (filles/garçons) dans les deux régions affectées par les effets de la crise malienne (Tahoua et Tillabéri)

Niger

Financial Tracking Service - FTS Archives (OCHA)

Titre : Assurer l’accès à une formation professionalisante de qualité à 3000 adolescents (filles/garçons) dans les deux régions affectées par les effets de la crise malienne (Tahoua et Tillabéri)

Pays /Région : Niger

Code projet : HNER20-EDU-162548-1

Durée : 01/01/2020 — 31/12/2020

Contexte
Au Niger, les problématiques humanitaires qui impactent et pourraient continuer à impacter négativement le secteur de l’éducation en 2020 sont principalement les mouvements de populations liés aux conflits armés aux frontières avec le Mali, le Tchad et le Nigeria, les catastrophes naturelles dont les inondations et le déficit fourragé (dû à la sècheresse). À ces trois problématiques humanitaires pourraient s’ajouter les épidémies qui peuvent affecter les écoles à cause de la méconnaissance des pratiques essentielles en matière d’hygiène et de santé par les élèves et de la faible couverture en infrastructures d’eau, hygiène et assainissement en milieu scolaire Le secteur éducatif nigérien déjà fragile, présente des vulnérabilités énormes en termes d’accès à l’éducation justifié par un taux net de scolarisation de 61,5% en 2018, plus de 2.5M d’enfants en dehors du système éducatif selon l’études menée sur les enfants et adolescent(e)s en dehors de l’école (EADE) au Niger (Version définitive), Mars 2018). La qualité de l’éducation est extrêmement faible : seulement environ 8% des enfants de CM2 qui atteignent le seuil minimum de compétences en lecture et en mathématique (PSEC, 2014) ; 59 870 enseignants sont des contractuels, ce qui ne favorise pas l’amélioration de la qualité des prestations avec des mouvements de grèves fréquents qui perturbent les enseignements /apprentissages. Par ailleurs Les GANEs poursuivent leur campagne contre l’éducation dite « occidentale ». Des menaces sont faites sur les populations civiles notamment le personnel enseignant et parents d’’élèves qui inscrivent leurs enfants à l’école. Les enlèvements ciblés et la destruction des infrastructures et matériels scolaires créent une psychose généralisée, avec comme conséquences la fermeture de plusieurs écoles, et l’inaccessibilité aux zones d’intervention par les organisations humanitaires notamment internationales. Les humanitaires travaillant dans le secteur de l’éducation ne sont épargnés et cela complique davantage les interventions humanitairesSelon les chiffres publiés par la DREC en septembre 2019, 68 785 enfants de 4 à 17 ans (35 080 filles) réfugiés, déplacés internes et ceux des communautés d’accueils à Tillabéry et Tahoua.

Résumé
L’objectif l’acquisition de compétences professionnelles par 3000 adolescents (dont 1440 filles) en vue de leur assurer une insertion professionnelle dans leur environnement ou de poursuivre des formations aux métiers dans les centres de formation professionnelle et technique. A travers ce projet, les adolescents (filles/garçons) recevront de formations modulaires de courte durée sur la base de volumes horaires leur permettant d’acquérir des compétences professionnelles pour exercer un métier ou pour suivre des cours d’un niveau supérieur dans les centres formels de formation professionnelle et technique. Les métiers auxquels ils/elles seront formés sont ceux pour lesquels ils/elles seront intégrés dans le tissus productif local (transformation agroalimentaire, petites réparations de machines outils, mécanique rural, etc.). Ce projet permettra la formation des formateurs sur plusieurs thématiques, l’achat des intrants pédagogiques, le paiement des formateurs, la mise à disposition de kits post formation pour l’insertion à travers la mise en place de groupements d’intérêt économique gérés par les sortants pour faciliter l’auto-empli.

Organisation (s) : United Nations Children’s Fund
Partenaires de mise en oeuvre : DREPT, ONGs, Mairies, Organisations communautaires de base

Financement : 529,795 $

FTS Archives - Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA)

Page publiée le 17 novembre 2021