Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Ecologie du Pou rouge de Californie Aonidiella aurantii (Maskell, 1879) (Homoptera : Diaspididae) sur citronnier dans la région de Rouïba

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2021)

Ecologie du Pou rouge de Californie Aonidiella aurantii (Maskell, 1879) (Homoptera : Diaspididae) sur citronnier dans la région de Rouïba

BOUDJEMAA-GAMAZ, Khadidja

Titre : Ecologie du Pou rouge de Californie Aonidiella aurantii (Maskell, 1879) (Homoptera : Diaspididae) sur citronnier dans la région de Rouïba

Auteur : BOUDJEMAA-GAMAZ, Khadidja

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Doctorat en Sciences Agronomiques 2021

Résumé
Cette étude est menée dans un verger de citronnier dans la région de Rouïba au cours de la période allant de juillet 2015 jusqu’à décembre 2016. Le suivi de l’écologie du Pou rouge de Californie Aonidiella aurantii a montré que l’espèce évolue en quatre générations annuelles. Au sujet de la phénologie saisonnière de cette cochenille, elle coïncide avec les quatre poussées de sève du citronnier. De plus, ce ravageur présente une préférence marquée pour les fruits et les rameaux alors que les feuilles sont moins recherchées. L’emplacement Centre de l’arbre est l’endroit le plus privilégié par la cochenille. La mortalité naturelle de ce déprédateur est très élevée, elle est d’ordre climatique, chimique et physiologique. Nous avons étudié également le rôle du Comperiella bifasciata et de l’Aphytis melinus dans la régulation des niveaux d’infestations du Pou rouge de Californie. Ces deux parasitoïdes coexistent ensemble et se partagent le même hôte. Ils ont développé chacun trois générations annuelles qui suivent la même évolution de la cochenille. Par ailleurs, la femelle adulte du Pou rouge de Californie.est le seul stade cible de ces deux ennemis naturels. L’impact parasitaire de C. bifasciata sur les femelles de l’hôte est de 9,03%, cet endoparasite préfère le rameau. Toutefois, l’incidence parasitaire de l’A. melinus dans la population femelle adulte de la cochenille est de 11,44%. Celle-ci est plus importante sur le fruit. La taille du Pou rouge de Californie A. aurantii constitue le repère le plus fiable en terme de qualité de l’hôte pour A. melinus ainsi pour l’efficacité de son contrôle biologique. De ce fait, une étude complémentaire est réalisé à Antalya en Turquie, du début du mois de septembre jusqu’à la fin du mois de novembre 2018. L’étude de quelques facteurs affectant les mensurations de la population de cochenille turque révèle que le type d’organe végétal, la variété d’agrume et le positionnement de l’organe végétal sur l’arbre agissent sur la taille de l’insecte hôte. En effet, nous avons trouvé que le fuit favorise l’agrandissement de la taille de la cochenille. Des observations similaires (Des grandes mensurations) sont notées sur l’oranger et l’emplacement Centre de l’arbre. En outre, on a comparé la taille du bouclier et du corps de chaque stade de développement du Pou rouge de Californie appartenant à deux populations différentes ; l’une provenant d’Algérie et l’autre de Turquie prélevées sur citronnier. Les résultats ont montré que les individus de plus grandes tailles sont ceux en provenance d’Algérie. De plus, un taux de parasitisme plus important est noté dans la population de cochenille algérienne par rapport à celle de Turquie.

Mots Clés : A. aurantii, C. bifasciata, A. melinus, Citronnier, Parasitisme, Taille des individus, Algérie, Turquie

Présentation

Page publiée le 21 novembre 2021