Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2019 → Recherche sur les agents responsables de l’Alternariose de la pomme de terre et de la tomate en Algérie - Analyse comparative de leur diversité phénotypique et génotypique selon les systèmes de culture et les étages bioclimatiques

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2019)

Recherche sur les agents responsables de l’Alternariose de la pomme de terre et de la tomate en Algérie - Analyse comparative de leur diversité phénotypique et génotypique selon les systèmes de culture et les étages bioclimatiques

AYAD, Djida

Titre : Recherche sur les agents responsables de l’Alternariose de la pomme de terre et de la tomate en Algérie - Analyse comparative de leur diversité phénotypique et génotypique selon les systèmes de culture et les étages bioclimatiques

Auteur : AYAD, Djida

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Doctorat en Sciences agronomiques 2019

Résumé
La pomme de terre (Solanum tuberosum L.) et la tomate (S. lycopersicum L.) sont deux cultures solanacées importantes en Algérie. Elles sont réparties différemment dans les différentes zones bioclimatiques du pays et sont conduites selon les différentes pratiques culturelles. Les cultures de pommes de terre occupent des superficies importantes dans plusieurs régions du nord (Ain Defla) au sud (El Oued) et de l’est (Skikda, Guelma) à l’ouest (Mostaganem, Mascara). Au contraire, la tomate est principalement cultivée dans le nord de l’Algérie sur de plus petites surfaces et le plus souvent sous abri plastique comme dans la région de Biskra. Les deux cultures sont souvent cultivées côte à côte ou même en succession dans de nombreuses régions côtières du pays pendant plusieurs années. L’intensification de ces deux cultures sans respect des bonnes pratiques agricoles a conduit au développement de maladies importantes comme l alternariose. La présente étude étaient, d’identifier au niveau de l’espèce les isolats d’Alternaria à grandes spores obtenus par des prospections réalisées pendant trois années de culture (2012 2015) sur différents champs de pommes de terre et de tomates dans les principales zones bioclimatiques d’Algérie. Comme les symptômes d alternariose et les caractéristiques morphologiques des isolats ne permettent pas d’établir une distinction nette entre les différentes espèces d’Alternaria à grandes spores, l’identification spécifique des isolats a été basée sur la PCR en utilisant des amorces spécifiques, la PCR/RFLP par double digestion enzymatique d’une portion du gène calmoduline et l’analyse de séquence aux gènes calmoduline et RPB2. Cette étude était egalement menée pour évaluer l’agressivité des isolats sur leurs hôtes respectifs de pomme de terre et de tomate, et de clarifier la spécialisation parasitaire des espèces Alternaria à grandes spores par inoculations croisées artificielles in vitro et dans des conditions similaires à celles du terrain. Enfin nous nous sommes intéressés à l étude de la diversité génétique des populations d A.solani en utilisant pour une première fois des marqueurs moléculaires microsatellites. Comme moyens de lutte contre l alternariose, une analyse des matières actives actuellement utilisées par nos agriculteurs a été aussi effectuée afin de vérifier les niveaux l efficacité et la présence éventuelle de souches résistantes.

Mots Clés : Pomme de terre, alternariose, tomate, diversité génétique, biotechnologie, alternaria spp., croissance, pathologie, a. solani, fongicide, expérimentation, Algérie

Présentation

Version intégrale (12,7 Mb)

Page publiée le 19 décembre 2021