Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2019 → Etude myrmécologique dans quelques zones du Sahara de l’Algérie

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2019)

Etude myrmécologique dans quelques zones du Sahara de l’Algérie

CHEMALA, Abdellatif

Titre : Etude myrmécologique dans quelques zones du Sahara de l’Algérie

Auteur : CHEMALA, Abdellatif

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Doctorat en Agronomie 2019

Résumé
Ce travail est une contribution à l’étude de la faune myrmécologique dans le Sahara de l’Algérie dans différents milieux : cultivés, naturels, palmeraies, zones humides ainsi que pétrolières. Pour cela, quatre zones ont été choisis pour faire cette étude. Il s’agit de la zone d’El Oued, de l’Oued Rhigh (cas de Djamaa et de Touggourt), d’Ouargla et d’Illizi (cas de Rhourde Nouss). En appliquant deux méthodes d’échantillonnages, celle des quadrats et celle des pots Barber, on a obtenu une richesse totale de 31 espèces de fourmis réparties entre les différentes stations d’études. Parmi eux, quatre espèces en l’occurrence : Plagiolepis maura, Cardiocondyla mauritanica, Messor picturatus et Tetramorium lanuginosum ont été recordées pour la première fois en Algérie et sont endémiques pour la zone d’Ilizi sauf la deuxième espèce qui a été récoltée dans la zone d’Ouargla dans la palmeraie de l’université Kasdi Merbah, grâce à la méthode des pots Barber. La méthode des quadrats a permis de recenser 21 espèces dans la sous zone de Djamâa, 12 espèces dans la zone d’Ilizi et le même nombre d’espèces, soit 9 enregistrées dans la zone d’El Oued, de Touggourt et d’Ouargla. Tandis que celle des pots Barber a enregistré 20 espèces dans la sous zone de Djamâa, 14 espèces dans la zone d’Ouargla et 13 espèces dans celle de Touggourt. De plus, la zone d’El Oued et d’Ilizi partagent la même valeur de la richesse totale qui est de 12 espèces pour chacune. D’autre part, les espèces : Tapinoma nigerrimum, Cataglyphis bicolor, Lepisiota frauenfeldi atlantis, Monomorium areniphilum et Pheidole pallidula semblent fréquenter tous les milieux que soit cultivés, naturels, palmeraies et même les zones sub-humides telles que les lacs sauf que la dernière espèce a été trouvé commune entre les cinq zones d’étude. Les valeurs de l’indice de diversité de Shannon sont élevés dans les quatre zones d’études d’où la diversité du peuplement des espèces de fourmis échantillonnées dans ces habitats. Pour les valeurs de l’indice de l’équitabilité calculé, elles tendent vers 1 généralement. Ceci traduisent que les effectifs des espèces en présence, sont en équilibre dans les quatre zones d’études.

Mots Clés : Formicidas,Sahara,milieu naturel, milieu cultivé, palmeraie, lac, zone pétrolière

Présentation

Version intégrale (12,1 Mb)

Page publiée le 18 décembre 2021