Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Sénégal → Contribution des reboisements de mangrove du delta du saloum (sénégal) à la séquestration de carbone atmosphérique : cas des villages Djirnda et Sanghako

Université Cheikh Anta Diop Dakar (2007)

Contribution des reboisements de mangrove du delta du saloum (sénégal) à la séquestration de carbone atmosphérique : cas des villages Djirnda et Sanghako

DEGUE-NAMBONA Ralph Mercier

Titre : Contribution des reboisements de mangrove du delta du saloum (sénégal) à la séquestration de carbone atmosphérique : cas des villages Djirnda et Sanghako

Auteur : DEGUE-NAMBONA Ralph Mercier

Etablissement de soutenance : Université Cheikh Anta Diop

Grade : DEA Sciences de l’Environnement 2007

Résumé
Le présent travail porte sur le suivi évaluation de la séquestration de carbone atmosphérique par les plantations de mangrove de l’UICN. Il assure la continuité de la recherche d’informations sur l’utilité sociale, écologique et environnementale des reboisements de mangrove dans la RBDS. Une première étude réalisée par Diédhiou, UICN (2005) a permis de montrer au plan des impacts que quelques années après la réalisation de ces plantations, les impacts écologique et socioéconomique sont nombreux comme en témoigne la réapparition des espèces jadis disparues ou en voie de disparition comme les Tympanotonus des vasières « paco-paco », les crevettes, les huîtres et, le développement des activités génératrice de revenus comme l’apiculture, la cueillette des crevettes, des harches. Cependant, en rapport avec le protocole de Kyoto (PK, 1997), aux recommandations de Bali (2008) et à l’importance des forêts dans la séquestration du carbone, les impacts des plantations de mangrove du delta du Saloum en termes de séquestration de carbone atmosphérique reste encore à évaluer. C’est dans cette optique que, l’UICN (Bureau national du Sénégal) s’est engagée dans l’évaluation de la quantité de carbone stockée par ces dites plantations de mangrove. En somme, la confirmation de l’hypothèse d’une forte séquestration de carbone par les plantations de mangrove, pourrait aider à affiner et varier l’argumentaire des programmes de restauration et de conservation des zones de mangrove. Par ailleurs, la valorisation des informations devrait aussi être une source supplémentaire de motivation des populations dans la restauration des formations de mangrove. A ces deux aspects incitatifs, il s’ajoute un besoin de démontrer la pertinence des plantations de mangrove par rapport à la problématique d’adaptation aux changements climatiques. C’est dans cette dynamique, qu’un contrat de stage a été signé entre l’UICN et l’ISE pour la conduite de cette étude. Les principaux objectifs de cette étude sont : * la Connaissance de la dynamique des reboisements de mangrove ; * l’Estimation de carbone de la biomasse sur pieds et recherche des régressions aiométriques correspondantes enfin * la Recherche des intérêts de l’élaboration des projets de séquestration de carbone par le biais des reboisements de mangrove. L’aboutissement de ces différents objectifs d’étude nécessite l’utilisation d’un certain nombre de méthodes et de matériels de mesure et de calcul mais aussi de pratiques appropriées.

Version intégrale (memoireonline)

Page publiée le 22 septembre 2010, mise à jour le 6 décembre 2018