Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2020 → Evaluation des performances du modèle type digues en courbes de niveau améliorées (DCN+) du bas-fond de Kankaniba dans la région du sud-ouest du Burkina Faso

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2020

Evaluation des performances du modèle type digues en courbes de niveau améliorées (DCN+) du bas-fond de Kankaniba dans la région du sud-ouest du Burkina Faso

N’DA Dje N’dakwa Johanne Cyrille

Titre : Evaluation des performances du modèle type digues en courbes de niveau améliorées (DCN+) du bas-fond de Kankaniba dans la région du sud-ouest du Burkina Faso

Auteur : N’DA Dje N’dakwa Johanne Cyrille

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Infrastructures et Réseaux Hydrauliques 2020

Résumé
Cette étude vise à évaluer les performances hydrauliques de l’aménagement de Kankaniba un aménagement au modèle DCN+ ou se cultive essentiellement le riz pluvial. Il faut entendre par évaluation des performances, l’étude de la capacité des pertuis à évacuer les eaux du bas-fond en cas de crue selon les critères recommandés par le PAFR, à savoir : vidanger une crue décennale en 72 heures maximum avec un débit de débordement au-dessus des digues ne dépassant pas les 40l/s/ml de la digue pour une hauteur maximale de débordement fixée à 10 cm. La méthodologie a consisté dans un premier temps à faire tourner un modèle expérimental de simulation afin de vérifier les précédents critères. Parallèlement une analyse des rendements de 28 parcelles a été faite pour évaluer l’impact de la lame d’eau sur les plantes ainsi qu’une enquête sur les règles de gestion de l’aménagement auprès des agriculteurs afin de déceler les pratiques nuisibles au bon fonctionnement du bas-fond. L’analyse de la configuration du bas-fond révèle un bas-fond allongé qui a pour effet de concentrer les eaux dans la partie aval du bas-fond et ralentir les écoulements dans tout le bas-fond. Le modèle quant à lui montre que l’aménagement est capable de vidanger les eaux du bas-fond en moins de 72 heures malgré des hauteurs et des débits de déversement au-dessus des digues très élevés qui peuvent être expliqués par des remontées de la nappe hypodermique. Le suivie des parcelles nous a ensuite permis de déceler l’effet néfaste de l’état hydrique du bas-fond sur les cultures. En effet, l’aval étant la zone la plus engorgée, on a en moyenne 0,51 tonnes/hectare, tandis qu’à l’amont et au milieu les rendements sont respectivement de 0,95 tonnes/hectare et 1,26 tonnes/hectare. Cependant, au travers des enquêtes, on constate que les paysans sont en partie responsable des difficultés de l’aménagement. A titre d’exemple, la plupart des paysans n’ouvrent pas les vannes juste après une crue.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 5 décembre 2021