Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2020 → Modélisation de l’offre et de la demande en eau dans un contexte de changement climatique dans le bassin supérieur du Nakanbé : application du modèle WEAP à la gestion intégrée des ressources en eau

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2020

Modélisation de l’offre et de la demande en eau dans un contexte de changement climatique dans le bassin supérieur du Nakanbé : application du modèle WEAP à la gestion intégrée des ressources en eau

OUEDRAOGO Alligouamé Vincent

Titre : Modélisation de l’offre et de la demande en eau dans un contexte de changement climatique dans le bassin supérieur du Nakanbé : application du modèle WEAP à la gestion intégrée des ressources en eau

Auteur : OUEDRAOGO Alligouamé Vincent

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Infrastructures et Réseaux Hydrauliques 2020

Résumé _D’une superficie de 4842 km² avec une pluviométrie moyenne de 600 mm, le bassin versant du Nakanbé supérieur comme l’ensemble des bassins versants du Burkina Faso a été touché par les effets des sécheresses des années 70 entraînant sa vulnérabilité. Face à pareille situation, les autorités ont mis en place un certain nombre de programmes et de projets tendant à optimiser la gestion de la ressource en eau des différents bassins versants. C’est dans ce contexte, que l’insuffisance de la production d’eau potable par les eaux souterraines a été constatée avec comme effet le recours de l’exploitation des eaux de surface à travers les retenues et les barrages pour satisfaire cette demande de plus en plus grandissante. Mais malheureusement cette nouvelle orientation connaît certaines difficultés liées en grande partie à la forte évaporation, à l’envasement et à la forte évolution démographique. La région du nord n’étant pas en reste sur les difficultés de mobilisation de la ressource en eau dans cette partie sahélienne, les autorités ont décidé de procéder dans les années 2009 à la construction du barrage de Guitti pour offrir plus de perspectives hydrauliques et hydroagricoles. En vue d’une meilleure gestion de cet ouvrage, la démarche méthodologique retenue dans le cadre de cette étude a consisté à utiliser les modèles GeoSFM pour la simulation des débits à l’entrée des barrages et WEAP comme outils d’aide à la décision pour l’évaluation et l’allocation de l’eau. Cette démarche repose sur plusieurs axes (i) procéder à la simulation des écoulements du bassin versant à partir de GeoSFM (ii) évaluer la capacité des différents ouvrages (iii) évaluer la satisfaction de la demande eau dans un contexte de changements climatiques. Nos résultats révèlent d’abord une période de rupture en 2006 au niveau de la pluviométrie caractérisée par une tendance à la hausse de la pluviométrie a été constatée. Cette modélisation à pas de temps journalier à travers GeoSFM traduit un bon comportement du modèle avec des paramètres de performance satisfaisants (critères de performance : NASH=0.79, R² =0.89, BIAIS=-0.07 et RMSE=3.99). En ce qui concerne la capacité du barrage, nos évaluations nous permettent d’obtenir un volume mobilisable de l’ordre de 71,34 millions de m3 contre 18 millions de m3 pour la demande. Malgré le caractère optimiste de l’offre par rapport à la demande (71,34 contre 18 millions de m3), la zone connaît surtout durant les mois mars-mai un déficit qui est dû en grande partie à la forte évaporation et les activités agricoles. Cette situation sera beaucoup plus critique à partir de l’horizon 2030 sur les petits ouvrages et 2040 pour Guitti.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 5 décembre 2021