Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2020 → Conception des murs en climat chaud et sec : minimisation de l’inconfort thermique dans les bâtiments à ventilation naturelle construits en brique de terre comprimée

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2020

Conception des murs en climat chaud et sec : minimisation de l’inconfort thermique dans les bâtiments à ventilation naturelle construits en brique de terre comprimée

SORO Foundjangan Doma

Titre : Conception des murs en climat chaud et sec : minimisation de l’inconfort thermique dans les bâtiments à ventilation naturelle construits en brique de terre comprimée

Auteur : SORO Foundjangan Doma

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Génie Civil

Résumé
L’approche bioclimatique des habitats en zone chaude et sèche préconise des parois à forte inertie thermique et une ventilation adaptée pour amélioration du climat intérieur. Cependant, plusieurs études menées ont mis en exergue l’intérêt de l’ajout d’une 2020 résistance thermique à la couche à forte inertie en BTC stabilisée. La présente étude porte sur l’évaluation du confort thermique d’une maison prototype (Bâtiment pilote) construit en BTC auquel a été associé un isolant thermique la « laine de verre ». L’accent a été mis sur la position relative de la couche isolante dans le but d’offrir le meilleur confort intérieur. Pour ce faire, trois configurations ont été implémentées : à savoir (i) une paroi monocouche en BTC, puis une paroi à double couche : (ii) la couche en BTC à l’extérieure et la couche isolante à l’intérieure et (iii) la configuration inverse où la couche en BTC à l’intérieur et la couche isolante à l’extérieure. De plus trois (03) modes de ventilation ont également été étudiés : la ventilation nocturne, la ventilation continue et aucune ventilation autrement dit, le bâtiment est resté fermé. Des capteurs de températures placés à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment expérimental ainsi qu’une station météorologique ont permis l’acquisition des données. Les résultats montrent que l’isolation extérieure est la configuration la plus performante dans l’atteinte du confort contrairement à l’isolation intérieure. Quant aux stratégies de ventilation passive, la ventilation du local fermé est celle qui a présenté une réduction considérablement l’amplitude thermique intérieure.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 4 décembre 2021