Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2020 → Caractérisation hydrogéologique des aquifères du continental terminal et de l’oligomiocène dans la zone Tambacounda - Kaffrine (Sénégal)

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2020

Caractérisation hydrogéologique des aquifères du continental terminal et de l’oligomiocène dans la zone Tambacounda - Kaffrine (Sénégal)

MAR Serigne Ahmadou Bamba

Titre : Caractérisation hydrogéologique des aquifères du continental terminal et de l’oligomiocène dans la zone Tambacounda - Kaffrine (Sénégal)

Auteur : MAR Serigne Ahmadou Bamba

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master d’ingénierie Infrastructures et Réseaux Hydrauliques 2020

Résumé
Cette étude a pour objectifs de faire une caractérisation hydrogéologique des aquifères du continental terminal et de l’Oligo- miocène. Pour ce faire, une analyse a été effectuée sur les paramètres hydrogéologiques de 172 forages dont 10 ont servi à la piézométrie et sur des données climatiques sur 05 ans. Les résultats de l’analyse statistique des paramètres hydrogéologiques montrent que la moyenne des débits de forages est de 42,29 m3/h et la transmissivité moyenne de 0,024 m2/s. Ce qui met en évidence la forte productivité des aquifères du continental terminal et de l’Oligo- miocène. On constate aussi que la productivité des aquifères ne dépend pas seulement de l’épaisseur des altérites. Sur les deux formations géologiques captées (sables et sables argileux) par les forages, les sables sont les plus productifs. Les résultats de la piézométrie ont montré que les charges piézométriques par rapport au niveau de la mer varient entre -25,11 m et 2,43 m durant la période 2013-2018. Les fluctuations piézométriques observées durant cette période indiquent un relèvement de la surface piézométrique de l’Oligo- miocène. La méthode du bilan a été utilisée pour estimer la recharge sur différentes stations. Le calcul de l’ETP a été fait par la méthode de Thornthwaite et celui du ruissellement par la méthode de Tixéront-Berkaloff. Il en ressort que les valeurs des recharges sont de 145,88 mm soit 20% des précipitations à la station de Tambacounda, 131,54 mm soit 21% des précipitations à la station de Kounghel et 108,32 mm soit 17% des précipitations à la station de Kaolack.

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 3 décembre 2021