Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Burkina Faso → 2020 → Qualité physico-chimique des rejets de stations d’épuration de la ville de Ouagadougou au Burkina Faso

Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) 2020

Qualité physico-chimique des rejets de stations d’épuration de la ville de Ouagadougou au Burkina Faso

KAKOU Kouamé Eric Serge Landry

Titre : Qualité physico-chimique des rejets de stations d’épuration de la ville de Ouagadougou au Burkina Faso

Auteur :  : KAKOU Kouamé Eric Serge Landry

Etablissement de soutenance : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE)

Grade : Master Ingénierie Eau et Assainissement 2020

Résumé
Les préoccupations majeures dans l’opinion publique pour la lutte contre les pollutions des eaux sont en majorité orientées vers la protection de la santé des populations et la préservation de la qualité du milieu naturel. La connaissance de la qualité des rejets des stations d’épuration reste en conséquence un passe obliger, car il faut connaitre pour agir (et donc gérer). L’objectif général de cette étude était d’évaluer la qualité physico-chimique des rejets d’eaux usées sortant des stations d’épuration de la ville de Ouagadougou en particulier celle de Zagtouli, Sourgoubila, Kossodo Laïco. Pour atteindre cet objectif, des prélèvements bihebdomadaires ont été effectués sur une période de trois (3) mois avec un échantillonnage ponctuel des effluents brutes et effluents traités issus des différentes STEP. Les paramètres de pollution étudiés sont principalement les paramètres de pollution physico-chimiques globaux, les polluants organiques, les nutriments azotées, phosphorées, et les métaux lourds. Les rendements moyens en MES des quatre (4) STEP étaient respectivement de 57,99% ; de 74,8% ; de 36,06 % et de 95,2% pour les stations de Zagtouli, de Sourgoubila, de Kossodo et de Laïco ; avec des concentrations résiduelles qui respectent les normes de rejet et de réutilisation au Burkina Faso (150mg/L) excepté celle de Zagtouli. Quant à la DBO5, nous avons enregistré un rendement moyen de 50,52% à Zagtouli ; 31,52% à Sourgoubila ;68,87% à Kossodo et 68,20% à Laïco. Cependant, nous remarquons que la teneur en DBO5 des effluents traités est supérieure aux normes de rejet du Burkina Faso (35mg/l). À l’exception des effluents de Laïco, la teneur en DCO observée des STEP n’est pas conforme aux normes de rejet du Burkina malgré les taux d’élimination plus ou moins importants. Malgré le taux d’élimination moyen important des composées azotées et phosphoré observé, leurs teneurs résiduelles restent au-dessus de la limite de tolérance du Burkina Faso. L’élimination des éléments métalliques a donné des teneurs résiduelles satisfaisant conformément à la norme nationale de rejet dans le milieu récepteur. Le ratio d’absorption en sodium nous renseigne que la totalité des effluents traités a un rapport d’adsorption de sodium inférieur à 10, présentant un risque minimal d’accumulation du sodium. La valorisation agronomique des effluents traités constitue certes une nécessité économique. Mais au regard de ces résultats, des traitements supplémentaires sont nécessaires pour protéger la santé humaine et préserver la qualité du milieu

Présentation (2iE)

Version intégrale

Page publiée le 3 décembre 2021