Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Contribution à l’étude de la biologie et de la physiologie de l’Arganier : Argania spinosa (L.) Skeels de la région de Tindouf

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2021

Contribution à l’étude de la biologie et de la physiologie de l’Arganier : Argania spinosa (L.) Skeels de la région de Tindouf

Berka, Souhila

Titre : Contribution à l’étude de la biologie et de la physiologie de l’Arganier : Argania spinosa (L.) Skeels de la région de Tindouf

Auteur : Berka, Souhila

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Doctorat en Sciences 2021

Résumé
L’arganier, Argania spinosa (L.) Skeels est une espèce endémique du Sud-Ouest algérien (région de Tindouf). La préservation de cette espèce rare et menacée de disparition nécessite une meilleure connaissance de ses caractéristiques biologiques et physiologiques. Notre travail concerne ; l’analyse de la variabilité phénotypique des fruits, des noyaux et des descendances au stade juvénile issues de trente arbres mères, l’étude des mécanismes de résistances à une contrainte hydrique des descendances issues de différentes formes de fruits et l’étude des mécanismes biochimiques provoquant la perte de la germination des graines lors de la conservation. Les résultats ont montré que les graines conservées dans des conditions ambiantes présentent une capacité de germination plus faible que les graines conservées à basses températures. La perte de la faculté germinative est fortement liée à une diminution de la teneur en acide gras polyinsaturées et à une importante accumulation en malondialdéhyde. Le froid permet de limiter la peroxydation des lipides ainsi que la perte de la faculté germinative et la détérioration des graines d’arganier. L’analyse de la variabilité phénotypique de la population d’arganier a révélé ; une grande variabilité morphologique des fruits et des noyaux entre les arbres-mères. Cinq formes de fruits (ovale, ovoïde, arrondie, sphérique et très sphérique) et trois formes de noyaux différentes (ovale, ovoïde et sphérique) ont été identifiées. Une forte corrélation entre la capacité de germination et la forme des noyaux a été montrée. Les arbres possèdent des noyaux sphériques et de petites tailles ont une meilleure capacité de germination que ceux qui ont des noyaux plus grands et allongés (ovales). Les résultats ont montré également une hétérogénéité de croissance des descendances issues de trente arbres-mères au stade juvénile. Différents groupes de descendances ont été distingués ; Des descendances plus développées (vigoureuses) en hauteur et en diamètre, très ramifiées, très épineuses ; elles possèdent de très petites feuilles avec une densité stomatique élevée. D’autres descendances sont moins développées, très peu ramifiées, moins épineuses et elles possèdent de grandes feuilles avec une densité stomatique faible. Les descendances soumises à un stress hydrique ont la capacité à accumuler activement des solutés (proline et sucres solubles), permettant de maintenir la turgescence cellulaire. Suite à une déshydratation importante du sol, l’ajustement osmotique s’intensifie par une forte accumulation de solutés. La régulation stomatique est partielle, les plants maintiennent leurs stomates ouverts plus longtemps. Les descendances d’arganiers présentent une stratégie caractéristique des espèces tolérantes à la sécheresse hydrique édaphique. Les résultats ont révélé aussi une variabilité des réponses physiologiques des génotypes d’arganier. Les plants d’arganier issus des formes de fruits ovale et sphérique ont une plus grande capacité d’ajustement osmotique et une meilleure régulation des stomates que les plants issus des autres formes de fruits. Les résultats obtenus basés sur des critères morphologiques, physiologiques et adaptatifs permettent d’identifier les génotypes performants d’arganier produisant du matériel de bonne qualité (vigoureux et résistants au déficit hydrique) pour réussir la régénération et le développement de cette population d’arganier située à la limite de distribution de l’arganeraie d’Afrique du nord qui pourrait être un intéressant pool génétique pour la conservation du germoplasme.

Mots clés : Argania spinosa, conservation, germination, variabilité phénotypique, stress hydrique, mécanismes de résistances, descendances.

Présentation (DSpace)

Version intégrale (11,1 Mb)

Page publiée le 22 décembre 2021