Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2020 → Ecologie des communautés d’Aranéides (Arthropodes, Arachnides) du parc national de Chréa suivant une diversité des structures végétales et en relation avec les facteurs anthropiques

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2020

Ecologie des communautés d’Aranéides (Arthropodes, Arachnides) du parc national de Chréa suivant une diversité des structures végétales et en relation avec les facteurs anthropiques

Mansouri, Hassiba épse Tabet

Titre : Ecologie des communautés d’Aranéides (Arthropodes, Arachnides) du parc national de Chréa suivant une diversité des structures végétales et en relation avec les facteurs anthropiques

Auteur : Mansouri, Hassiba épse Tabet

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Doctorat 2020

Résumé
Résumé Le parc national de Chréa est un excellent écosystème doté d’un patrimoine naturel diversifié, il abrite une flore et une faune uniques. Parmi cette faune, les Aranea forment un ordre très important de la faune épigée. L’analyse faunistique révèle une récolte globale de 4575 individus appartiennent à 22 familles, 68 genres et 101 espèces. Pour mener à bien notre travail, nous avons choisi de traiter notre sujet en deux parties : En premier lieu, nous nous sommes attachés à étudier l’écologie et la diversité des communautés d’Araneides (Arthropodes, Arachnides) du parc national de Chréa suivant une diversité des structures végétales à « Cedrus atlantica (Endl.) Carrière ». Ceci nous a permis d’échantillonner 3099 araignées, réparties en 21 familles, 64 genres et 86 espèces. Les familles qui dominent la région d’étude sont représentées par les Gnaphosidae, les Zodariidae, les Agelenidae et les Linyphiidae. L’étude de la diversité spécifique montre que les stations herbacées ouvertes sont plus diversifiées que les stations à strate arborescente et arbustive semi ouverte ou fermée. La diversité des peuplements d’Araneae est indifférente à la diversité des structures végétales du cèdre, allant du cedraie gauli au cedraie futaie mûr. La phénologie des Aranéides montre que les mâles sont plus actifs que les femelles. La période d’activité est enregistrée en été, coïncidant avec la période de reproduction et en automne, saison où les femelles pondent leurs œufs. En deuxième partie, nous nous sommes intéressés à la diversité de ce groupe faunistique en relation avec les actions anthropiques exercées dans le parc. Nous avons effectué une récolte de 1476 araignées regroupées en 19 familles, 42 genres et 68 espèces. L’étude a été réalisée dans trois stations perturbées : incendiées, urbanisées et restaurées et dans trois autre stations considérées chacune comme des sites de contrôle naturels correspondant à chacune des stations perturbées. Zodarion algiricum domine la faune arachnologique de ces stations avec une proportion de 13,25%, en particulier dans la station incendiée où il a été découvert pour la première fois une nouvelle espèce appartenant au genre Urozelotes. Le test de Mann Whitney, basé sur l’abondance des espèces, révèle une différence significative entre les sites urbanisés et non urbanisés, contrairement à d’autres sites anthropisés (brûlés et reboisés) qui ne montrent pas de différences significatives avec leurs stations de contrôle. En prenant l’ensemble de nos données, nous émettons l’hypothèse que les incendies transforment la forêt en une mosaïque d’habitats, avec des lacunes ouvertes à différents stades de succession. Enfin, nous encourageons la restauration de la forêt, car notre étude montre qu’elle n’entraîne aucune perte de la diversité aranéologique.

Mots-clés : Cedrus atlantica (Endl.) Carrière, structures végétales, facteurs anthropiques ; incendiée ; reboisée, urbanisées ; Araneae.

Présentation (DSpace)

Version intégrale (9,1 Mb)

Page publiée le 31 décembre 2021