Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2020 → Le rôle de la zone non saturée dans les processus d’écoulement des aquifères Karstiques des monts de Saida ; approche hydrodynamique et hydrochimique

Université Mustapha Stambouli de Mascara (2020)

Le rôle de la zone non saturée dans les processus d’écoulement des aquifères Karstiques des monts de Saida ; approche hydrodynamique et hydrochimique

BENTABET, ABDELKADER

Titre : Le rôle de la zone non saturée dans les processus d’écoulement des aquifères Karstiques des monts de Saida ; approche hydrodynamique et hydrochimique

Auteur : BENTABET, ABDELKADER

Université de soutenance : Université Mustapha Stambouli de Mascara

Grade : Doctorat en Sciences Hydraulique Agricole 2020

Résumé
Les eaux des systèmes carbonatés gardent la mémoire des épisodes responsables de leur recharge.L’origine et la proportion des différents types d’eau parvenant aux exutoires des systèmes karstiques sont des problèmes fondamentaux pour la compréhension du fonctionnement de ce type d’aquifère. La zone non saturée joue un rôle crucial dans la dynamique des aquifères karstiques, même si le fonctionnement de cette zone est encore mal compris. Le traçage naturel hydrochimique, s’est révélé un moyen d’investigation performant. Il est nécessaire cependant de réunir le maximum d’informations différentes échel les de temps d’espace afin de caractériser au mieux les différentes composantes de l’écoulement pour un aquifère donné. Pour répondre à ces problématiques, ce travail s’appuie sur l’analyse individuelle, puis croisée, des données pluviométriques, hydrodynamiques et hydrochimiques. La finalité de ce travail est de proposer un schéma conceptuel du fonctionnement de la zone non saturée qui soit le plus générique possible. 04 sources et un forage en milieu carbonaté ont été sélectionnés dans la région du massif des Monts de Saïda, en fonction de leur spécificité (aquifères épikarstiques, suspendus, fissurés ou plus ou moins karstifier). Un suivi a été réalisé sur quelques cycles, ainsi que une étude de la pluviométrie sur systèmesles étudier. L’eau stockée ou en transit dans la ZNS du karst acquiert une minéralisation spécifique et conserver un potentiel corrosif important. C’est la facilité et la vitesse d’introduction de cette eau dans les systèmes (transport du CO2) qui expliquent le développement de la karstification jusque dans la zone noyée. Ce volume d’eau en transit ou momentanément stockée dans ce milieu constitue la réserve suspendue du système. Cette participation peut devenir prépondérante dans certains systèmes, particulièrement en période de crue (effet piston). L’influence de ces écoulements sur la chimie des eaux à l’exutoire (mélange) et sur les paramètres hydrodynamiques (coefficient et volume de tarissement) sera très dépendante des facteurs hydroclimatiques et des conditions hydrologiques antérieures du réservoir. Ces constatations entraînent qu’une partie du volume d’eau écoulée en tarissement est expliquée par des réserves n’appartenant pas à la zone noyée. L’accentuation de la pression anthropique n’a pas cessé de modifier les caractéristiques physicochimiques des eaux de cet aquifère fragile. Les mesures des éléments anthropiques [NO3- (56 mg/l), SO42- (61 mg /l), Cl- (72,1 mg/l)] sur les points d’eaux présentent des valeurs critiques mettant ainsi en danger la santé des populations. Les aquifères kartiques des Monts de Saïda souffrent actuellement d’une dégradation notable, qui est engendrée par la surexploitation des eaux et l’utilisation abusive des engrais agricoles. La mise en protection de cette ressource devrait passer par l’évaluation des zones vulnérables et l’installation des périmètres de protections.

Présentation

Version intégrale (6,33 Mb)

Page publiée le 30 décembre 2021