Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2020 → Auto-écologie d’Aristolochia baetica L. dans les monts de Tessala (Algérie de l’ouest) et physiologie de germination de ses graines

Université El Djillali Sidi Bel Abbes (2020)

Auto-écologie d’Aristolochia baetica L. dans les monts de Tessala (Algérie de l’ouest) et physiologie de germination de ses graines

HAKEMI, Zahra

Titre : Auto-écologie d’Aristolochia baetica L. dans les monts de Tessala (Algérie de l’ouest) et physiologie de germination de ses graines

Auteur : HAKEMI, Zahra

Université de soutenance : Université El Djillali Sidi Bel Abbes

Grade : Doctorat 2020

Résumé
Auto-écologie de Aristolochia baetica L. dans les monts de Tessala (Algérie de l’ouest) et physiologie de germination de ses graines Notre travail s’inscrit dans le cadre de la biologie de la conservation de Aristolochia baetica, espèce endémique à l’Algérie, présente dans les monts de Tessala (ouest algérien), site de notre étude. Il s’agit d’étudier son autoécologie par la caractérisation de son cortège floristique, son substrat édaphique et le suivi démographique de ses populations par l’évaluation quantitative spatio-temporelle du nombre moyen de fleurs initiées, avortées et fruits formés. Le comportement germinatif des graines de l’espèce étudiée a été également abordé. Pour l’autoécologie de A. baetica, vingt-quatre relevés phytoécologiques ont été effectués sur huit stations où cette espèce est présente. L’inventaire floristique nous a permis de recenser 68 espèces réparties en 31 familles botaniques, 6 types biologiques et 19 types biogéographiques. Le traitement des données floristiques et édaphiques par l’analyse factorielle des correspondances (AFC) et la classification hiérarchique ascendante (CHA) a montré que A. Baetica fait partie du cortège floristique des garrigues et se développe surtout dans des stations à basses altitudes sur substrat calcaire, neutre, non salé et à texture légère. Les résultats auxquels nous avons aboutis ont montré également que, chez A. baetica, la floraison et la fructification présentent une variabilité quantitative dans le temps (durant les trois années d’observation : 2015-2016-2017) et dans l’espace (sur les huit stations où sa présence a été signalée). Cette évolution est marquée par une faible fructification malgré l’importance du nombre de fleurs formées. L’étude du comportement germinatif des graines de A. baetica a été réalisée au laboratoire, dans des conditions contrôlées, sur des boites de pétri tapissées de papier filtre. Les résultats obtenus montrent que les graines de A. baetica sont dormantes et que seuls le prétraitement par l’acide gibbérellique (GA3), le prétrempage dans l’eau distillée et la stratification ont pu lever leur inaptitude à la germination. L’optimum thermique de germination se situe entre 15 et 20 °C. Les graines de cette espèce sont très sensibles au stress hydrique, leur seuil de tolérance se situe à – 0,19 bar, au-delà duquel leur germination est inhibée. Cependant, elles sont intolérantes à la salinité. Ces données ont permis de compléter les connaissances biologiques déjà édifiées relativement à cette espèce et serviront certainement dans le cadre de sa conservation.

Mots Clés  : Aristolochia baetica autoécologie conservation germination monts deTessala suivi démographique

Présentation

Version intégrale (7,2 Mb)

Page publiée le 30 décembre 2021