Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Etude écophysiologique et valorisation des plantes condimentaires dans l’Ouest Algérien cas (d’Anethum graveolens)

Université El Djillali Sidi Bel Abbes (2021)

Etude écophysiologique et valorisation des plantes condimentaires dans l’Ouest Algérien cas (d’Anethum graveolens)

TIFOURI BENZINA, Zeyneb

Titre : Etude écophysiologique et valorisation des plantes condimentaires dans l’Ouest Algérien cas (d’Anethum graveolens)

Auteur : TIFOURI BENZINA, Zeyneb

Université de soutenance : Université El Djillali Sidi Bel Abbes

Grade : Doctorat en sciences de l’Environnement 2021

Résumé
Dans le cadre de la valorisation des plantes condimentaires cultivées dans l’ouest algérien, nous avons choisie (Anethum graveolens L.) qui est une plante aromatique de la famille des Apiacées, sa richesse en principes actifs et en substances naturelles lui défère des vertus thérapeutiques, méritant d’être étudiée et valorisée. Le présent travail a pour but d’étudier l’impact de la salinité du sol sur la culture de cette espèce, dans la région de sidi bel abbés et Mohammadia comme étant un condiment et comme étant une plante médicinale et d’évaluer son potentiel phytochimique et bioactif, notamment l’activité antioxydante, l’activité antiarthritique, l’activité antidiabétique. Ainsi que l’activité antifongique. L’étude physiologique, a mis en relief l’impact de la salinité du sol sur les différents stades de développement de l’aneth, ainsi que le rendement en biomasse et en semences. Le screening phytochimique a démontré que l’extrait de la plante étudiée est riche en terpénoïdes, en flavonoïdes, en saponosides et en tanins. Le dosage des composés phénoliques, par la méthode colorimétrique, via la spectrophotométrie, a mis en évidence, des quantités plus ou moins remarquables selon la nature du sol. En effet, les teneurs les plus importantes en polyphénols et en flavonols, ont été révélées dans les extraits alcooliques de la semence récoltée à partir du sol salin, à raison de 138±4,71mg/g et 41,62±0,9mg/g respectivement ; alors que pour les flavonoïdes, les tannins les plus appréciables sont celles obtenues à partir des extraits alcooliques de la semence récoltée à partir du sol non salin, à raison de 102,36± 6,51mg/g. Cependant, pour les trois tests d’activité antioxydante, la biomasse de l’aneth a donné une très bonne activité de cette plante alors que l’extrait de semence saline a montré la plus forte inhibition des radicaux ; DPPH de 83,50 ±0,19%, ABTs de 93,81±0,30% et chélation des métaux de 90,31%±0,015. Néanmoins, l’activité antiarthritique la plus élevée a été enregistrée dans l’extrait issu de la semence saline avec un pourcentage d’inhibition de 90 %. L’effet de l’extrait d’aneth sur le diabète n’a pas dépassé les 56% à la concentration de 200μg/ml. La plante sous stress salin a montré une efficacité prononcée contre les souches fongiques : Pyrenophora tritici-repentis et Rhynchosporium secalis, duquel, 10 mg/ml est la concentration minimale inhibitrice. La caractérisation de l’huile essentielle par chromatographie de type GC-MS a révélé un nombre plus important de composés chimiques au sein des graines issues du sol modérément salin que les graines semées dans le sol non-salin, avec des composés majoritaires plus ou moins les mêmes et qui sont α-phelladrène, limonène, dill apiole et la carvone.

Mots Clés  : Anethum graveolens L. salinité du sol extrait alcoolique

Présentation

Version intégrale (7,8 Mb)

Page publiée le 24 décembre 2021