Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Contribution à l’étude éco-biologique des espèces du genre Artémia dans l’ouest algérien : taxonomie, reproduction, distribution spatiale, diversité génétique et exploitation

Université El Djillali Sidi Bel Abbes (2021)

Contribution à l’étude éco-biologique des espèces du genre Artémia dans l’ouest algérien : taxonomie, reproduction, distribution spatiale, diversité génétique et exploitation

Ben meddah, Mohammed Missoum

Titre : Contribution à l’étude éco-biologique des espèces du genre Artémia dans l’ouest algérien : taxonomie, reproduction, distribution spatiale, diversité génétique et exploitation

Auteur :

Université de soutenance : Université El Djillali Sidi Bel Abbes

Grade : Doctorat en Sciences 2021

Résumé
L’objectif de notre travail est d’effectuer une étude taxonomique, de reproduction, de distribution spatiale, de diversité génétique et d’exploitation du genre Artemia dans les salines de l’ouest algérien dont les salines de Bathioua (Wilaya d’Oran) et Oued Djemaa (wilaya de Relizane) ont fait l’objet de notre investigations. L’étude génétique par PCR (Polymerase Chain Reaction ou Réaction de Polymérisation en Chaîne), comparer aux bases de données des espèces du genre Artemia, nous a permis de mettre en évidence l’existence de deux espèces, à savoir Artemia salina L. dans les salines de Bathioua et Artemia parthenogenetica Bowen & Sterling, une espèce non portée dans les travaux de recherche en Algérie, dans les salines d’Oued Djemaa. Les résultats obtenus de l’étude éco-biologique des espèces au niveau des zones d’études, indiquent l’existence d’importantes populations d’individus d’Artemia salina L. et d’Artemia parthenogenetica Bowen & Sterling adultes dominées par les femelles durant les prélèvements charge importante de déchets riches en sulfate d’ammonium émanant de l’usine de production de sel. Une étude toxicologique à été menée afin d’étudier la résistance des adultes d’Artemia salina L. aux différentes concentrations de ce nuisible. Les résultats obtenus indiquent une CL50 égale à 75g/l après 24h. De plus, l’étude de la composition biochimique indique une richesse nutritionnelle de notre espèce qui est riche en protéines (18,80mg/g), en printanières. De même, les résultats de la résistance au stress salin des espèces montrent que d’Artemia salina L. ne peut résitée dans une salinité supérieure à 223g/l. D’autres part, et vue que les salines de Bathioua connaissent une caroténoïdes (68,33 mg/g) et en sucres (4,00 mg /g). Il est bien évident que le genre Artemia peut-être cultiver en contrôlant sa reproduction, en variant le taux de salinité pour son utilisation durant les différentes saisons de l’année, vue son intérêt économique dans l’aquaculture

Mots Clés  : Artemia salina L., Artemia parthenogenetica Bowen & Sterling, PCR, Eco-biologie, salines, toxicité, compositions biochimiques.

Présentation

Version intégrale (4,3 Mb)

Page publiée le 22 décembre 2021