Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Sénégal → Projet de réalisation de vidéos de transmission des connaissances médicales traditionnelles-Riposte COVID-19 de l’APAC Kollou Ndig de Djilor Djidiack

2021

Projet de réalisation de vidéos de transmission des connaissances médicales traditionnelles-Riposte COVID-19 de l’APAC Kollou Ndig de Djilor Djidiack

Sénégal

Titre : Projet de réalisation de vidéos de transmission des connaissances médicales traditionnelles-Riposte COVID-19 de l’APAC Kollou Ndig de Djilor Djidiack

Pays : Sénégal

Numéro projet : SEN/SGP/OP7/Y1/ICCA-GSI-COVID/2021/02

Domaine : CapDev

Date : en cours en 2021

Bénéficiaire : RAISE UP AFRICA

Présentation
Les Aires et terres de Patrimoine Autochtone et Communautaire (APAC) appartiennent au groupe, conservées par les peuples autochtones et communautés locales. Elles sont des sites naturellement conserves par des institutions locales à travers des décisions consensuelles des communautés. Cette conservation est très souvent fondée sur des pratiques spirituelles et/ou culturelles dont l’origine remonte au temps des ancêtres. En effet, depuis des siècles, ces communautés locales vivant dans et autour de ces sites disposent d’une connaissance détaillée sur les plantes médicinales et les techniques de la médecine traditionnelle sur lesquelles elles s’appuient pour préparer des remèdes à une variété de maladie. Malgré leur importance écologique, socio-économique et sanitaire, la gestion des maladies où catastrophe sanitaire par l’approche des « APAC » n’est pas encore intégrée dans les mentalités au niveau local. Pour preuve, les connaissances, les approches, les pratiques ainsi que lesavoir et le savoir-faire médical traditionnel sont souvent méconnus du grand public. . La pandémie de la COVID19 a été une surprise générale avec des conséquences significativement négatives sur la biodiversité dont dépendent fortement les populations les plus défavorisées et l’humanité en général. En effet, les mesures restrictives sur les transports publics, la fermeture des établissements scolaires et des espaces commerciaux ont ralenti les activités génératrices de revenus. A l’image de la communauté internationale, les communautés éloignées des grandes villes, fortement impactées par le drame, se confinent dans leurs terroirs et croyances. Ainsi, les communautés de L’APAC Kolou Ndig du village de Djilor Djidiack ont-elles aussi des mécanismes de lutte basés sur les connaissances médicales traditionnelles qui méritent d’être vulgarisés. Dans la zone de Djilor Djidiack, à quelques encablures du village du même nom, précisément au sud, se situe la forêt dénommée « Kolou Ndig ». L’espace constitue, aujourd’hui, un des atouts touristiques de la destination dans cette zone de Fimela, voire même du département de Fatick. Du nom d’un handicapé physique qui l’aurait découverte au 16ème siècle, avant même la fondation du village de Djilor, en 1635, la forêt a été érigée en réserve communautaire (ou bois de village) par le vieux Latyr Senghor, un grand-père de l’ancien président Léopold Sédar Senghor, natif de Djilor Djidiack. Avec une biodiversité essentiellement végétale la forêt abrite des espèces comme le kinkéliba (Combretum), le rônier (Borassus), l’anacardier (Anacardium), le cade, certains autres, arbustes, lianes et herbe mais aussi des espèces animales comme le rat palmiste, le chacal, l’hyène, le lapin entre autres. A cet effet, la spécificité de la foret Kolou Ndig réside dans ses fonctions écologique (elle constitue une zone de protection des terres arables) et son important est incontestable, patrimoine culturel sacré avec la présence d’un cimetière qui est un lieu de prières pour chasser le mauvais sort et attirer la pluie sans oublier la présence d’une zone de production et d’usage des plantes médicinales. Grace à ce fort sentiment d’appartenance et d’identité des populations, la forêt de « Kolou Ndig » est entretenue par les communautés à travers le groupement villageois « Sédar Diaga Senghor » en collaboration avec le comité de surveillance mis en place depuis plusieurs années et qui se consacre à la protection de cette forêt mais aussi aux actions de reboisement et de régénération de certaines espèces comme le rônier, l’anacardier, entre autres.

Financement
Grant Amount (GEF) : US$ 32,000.00

GEF Small Grants Programme

Page publiée le 4 janvier 2022