Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Sénégal → Projet de communication sur les expériences des communautés gardiennes d’APAC en période de COVID-19

2021

Projet de communication sur les expériences des communautés gardiennes d’APAC en période de COVID-19

Sénégal

Titre : Projet de communication sur les expériences des communautés gardiennes d’APAC en période de COVID-19

Pays : Sénégal

Numéro projet : SEN/SGP/OP7/Y1/ICCA-GSI-COVID/2021/03

Domaine : CapDev

Date : en cours en 2021

Bénéficiaire : ANAPAC/SENEGAL

Présentation
Les communautés locales et peuples autochtones ont souvent des pratiques et savoirs, basés sur leurs cultures et traditions, contribuant significativement à la conservation des écosystèmes. Le terme APAC (Aire et territoire du Patrimoine Autochtone Communautaire) désigne des sites où les ressources naturelles sont conservées et gérées par ces communautés et peuples selon des règles locales définies par eux-mêmes et acceptées par tous. Toutes les APAC sont caractérisées par l’existence d’une communauté qui prend des décisions ayant pour but la conservation de la diversité biologique. L’initiative de Soutien Mondial aux APAC est un programme mis par le Programme de Micro Financements du Fonds pour l’Environnement Mondial (PMF/FEM) avec le soutien du gouvernement allemand. Elle est le résultat d’un partenariat mondial au sein duquel on retrouve les Communautés/Peuples autochtones, le PNUD (avec le PMF/FEM), la Convention sur la Diversité Biodiversité, le Consortium APAC, l’UICN, lePNUE et le Centre Mondial de la Surveillance de la Conservation de la Nature (WCMC). Elle appuie les communautés et peuples autochtones à travers le monde. La pandémie du COVID19 a été une surprise générale avec des conséquences négatives sur la gestion des APAC. En effet, les mesures restrictives sur les transports publics, la fermeture des établissements scolaires et des espaces commerciaux ont ralenti les activités génératrices de revenus. Ainsi, les ménages se sont retrouvés dans une situation très difficile, à cause du ralentissement du petit commerce exercé par les femmes. Cette situation inattendue a poussé les populations s’orienter dans l’exploitation des ressources de l’APAC pour survivre d’abord mais aussi pour venir en aide aux parents confinés dans les villes. C’est dans ce contexte que des mesures ont été prises par les responsables des APAC pour atténuer les impacts négatifs de la pandémie sur les populations. Ainsi, les fonds initialement destinés à des activités nécessitant des rassemblements ont été réaffectés à la lutte contre le COVID-19 notamment par l’achat de matériel (gel hydro alcoolique, masques, etc.) et à la participation aux activités de sensibilisation pour l’application des mesures barrières. La contribution de l’ANAPAC vers les APAC-Territoires de vie dans la conservation de la biodiversité n’est plus à démontrer. Le Sénégal ne fait pas exception à cette réalité. En effet, depuis des années les communautés identifiées comme territoire de vie, au nombre de vingt-cinq (25), contribuent la conservation de la biodiversité et à la promotion du développement durable au niveau de leur localité. Les pratiques et modèles de survie développés au niveau des APAC doivent être consolidés et partagés avec les autres communautés d’APAC pour lutter co ntre les impacts économiques négatifs de la COVID 19.Ceci notamment par la mise en place d’un cadre national regroupant tous les APAC-Territoires de vie du Sénégal afin d’harmoniser et d’améliorer leurs modes de gouvernance, de communication et de partage des acquis pour faire face aux conséquences environnementales de la pandémie. C’est dans ce cadre que s’inscrit ce projet qui cherche à renforcer le soutien des APAC à faire face à la COVID 19, à partager des informations, à capitaliser les bonnes pratiques ancestrales de survie et à produire des semences biologiques. L’initiative de multiplication de semences locales naturelles pour parer au déficit de semences importées est motivée par plusieurs raisons. En effet, au-delà du fait que les commandes n’arrivaient plus du fait de la fermeture des frontières, les semences importées, en général, ne sont pas aptes à la démultiplication. Par ailleurs, les efforts fournis avec les derniers projets en agrobiologie financés par le PMF/FEM. L’Objectif général de ce projet est de renforcer la communication, et partager les leçons des bonnes pratiques afin de contenir les moyens culturelles de survie des communautés gardiennent d’APAC.

Financement
Grant Amount (GEF) : US$ 44,000.00
Co-Finanshing in-Kind : US$ 42,140.00

GEF Small Grants Programme

Page publiée le 14 janvier 2022