Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Etude des caractéristiques liées à l’efficience d’utilisation de l’eau chez le blé dur (Triticum durum Desf.)

Université Ferhat Abbas Sétif 1 (2021)

Etude des caractéristiques liées à l’efficience d’utilisation de l’eau chez le blé dur (Triticum durum Desf.)

Belagrouz, Abdenour

Titre : Etude des caractéristiques liées à l’efficience d’utilisation de l’eau chez le blé dur (Triticum durum Desf.)

Auteur : Belagrouz, Abdenour

Université de soutenance : Université Ferhat Abbas Sétif 1

Grade : Doctorat en Sciences Production Végétale 2021

Résumé
Sur les Hauts Plateaux Sétifiens, le stress hydrique reste la contrainte la plus redoutable affectant l’élaboration de la productivité de la culture du blé. Toutefois, le recours aux ressources génétiques adaptées à la sécheresse représente un outil de management de l’agriculture pluviale, et aussi de monitoring pour la préservation de son environnement. Donc, l’approche est conçue sur la sélection de cultivars de blé dotés de caractéristiques de tolérance à la sécheresse. Cette réflexion trahit un pouvoir de valorisation quant à l’utilisation efficiente de l’eau du sol, à des stades d’avènement du déficit hydrique. Dès lors, des expérimentations ont été conduites sur le site de la Ferme de Démonstration et de Production de Semences, ITGC de Sétif, au cours des campagnes agricoles de 2013/2014, 2014/2015 à 2015/2016. Le principe consiste à tester des génotypes de blé dur (Triticum durum Desf.) à leurs réponses à l’efficience d’utilisation de l’eau (EUE). Le niveau de valorisation de l’eau par le matériel végétal est appréhendé à travers les composantes agronomiques, phénologiques, morphologiques et physiologiques. Donc, au préalable cette méthodologie manifeste un intérêt qui tend vers la recherche d’idéotypes productifs,considérés adaptés au milieu semi-aride d’altitude. Ainsi, le matériel végétal est constitué de dix cultivars de blé dur répartis en deux catégories, cultivars anciens et cultivars modernes. Pour être expérimentés, les génotypes ont été organisés dans un dispositif expérimental en blocs complètement randomisés avec quatre répétitions. Les résultats révèlent que la variété waha se démarque par une performante efficiente pour l’utilisation de l’eau, de 8,09 kgha-1mm-1. Par contre, pour le génotype Djenah Khetaifa, l’EUERdt se réduit de 54,14% relativement à waha. Par ailleurs, l’EUERdt est corrélée positivement et significativement avec le rendement en grain (RDT), l’indice de récolte (IR), le nombre de grain par épi (NGE), celui de grains par mètre carré (NGM) et avec la teneur en chlorophylle (SPAD). D’autre part, cette composante apparaît être négativement et significativement corrélée avec la hauteur du chaume (HT), le rendement en paille (PLL), le nombre de jours après semis pour épier (JASEp). Donc l’idéotype recherché efficient pour l’eau pour la productivité en zones semi-aride des Hauts Plateaux Sétifiens, se révèle par une précocité à l’épiaison et donc une productivité performante. En revanche, ces caractères expriment la résultante sur laquelle s’opère la sélection.

Présentation

Version intégrale (7,5 Mb)

Page publiée le 15 janvier 2022