Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2020 → Inventaire, Biologie et Ecologie des Phlebotominae (Diptera, Psychodidae) dans la région semi-aride (cas de la région de Sétif) avec detection et identification des espèces de Leishmanies.

Université Ferhat Abbas Sétif 1 (2020)

Inventaire, Biologie et Ecologie des Phlebotominae (Diptera, Psychodidae) dans la région semi-aride (cas de la région de Sétif) avec detection et identification des espèces de Leishmanies.

GHERBI, Roumaissa

Titre : Inventaire, Biologie et Ecologie des Phlebotominae (Diptera, Psychodidae) dans la région semi-aride (cas de la région de Sétif) avec detection et identification des espèces de Leishmanies.

Auteur : GHERBI, Roumaissa

Université de soutenance : Université Ferhat Abbas Sétif 1

Grade : Doctorat en Sciences 2020

Résumé partiel
La leishmaniose est un groupe de maladies négligées, avec plus de 350 millions de personnes à risques et 2 millions de nouveaux cas chaque année. Les parasites de Leishmania spp. sont transmis par les phlébotomes. L’Algérie est l’un des pays les plus touchés, avec des milliers de cas de leishmaniose cutanée enregistrés chaque année. Au cours de la dernière décennie, l’incidence de la leishmaniose cutanée a considérablement augmenté avec une expansion géographique dans des zones précédemment indemnes et l’émergence de nouveaux foyers de leishmaniose cutanée et qui se chevauchent avec la leishmaniose viscérale dans plusieurs provinces d’Algérie. De Mars à Novembre 2016 et 2017, des phlébotomes ont été collectés dans 12 communes de la province de Sétif, dans le Nord-est de l’Algérie. Les phlébotomes ont été identifié et les femelles ont été testées par PCR pour détecter l’ADN de Leishmania spp. Une enquête sur les facteurs bioécologiques a été effectué, y compris les facteurs climatiques, la végétation et l’altitude. De plus, le statut épidémiologique a été mis en évidence par des cas de leishmaniose cutanée notifiés au cours de la période d’étude et enfin, une caractérisation des sites de reproduction suspectés a été basée sur les analyses physico-chimiques des sols. Sur 1804 phlébotomes collectés, 1740 ont été identifiés comme appartenant à 9 espèces, Phlebotomus perniciosus (76,2%), P. papatasi (16,7%) et P. sergenti (5,0%) étant les espèces les plus communes, représentant ensemble 97,9% des spécimens collectés. Les spécimens restants ont été identifiés comme P. perfiliewi, P. chabaudi, P. bergeroti, P. longicuspis, S. minuta et S. fallax

Présentation

Version intégrale (12,4 Mb)

Page publiée le 17 janvier 2022