Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Belgique → Vers une meilleure gestion de l’eau agricole à partir des plateformes libres de télédétection et de communication au Burkina Faso

Université de Liège (2020)

Vers une meilleure gestion de l’eau agricole à partir des plateformes libres de télédétection et de communication au Burkina Faso

Pale, Sié

Titre : Vers une meilleure gestion de l’eau agricole à partir des plateformes libres de télédétection et de communication au Burkina Faso

Towards a better agricultural water management using open-source remote sensing and communication platforms in Burkina Faso

Auteur : Pale, Sié

Université de soutenance : Université de Liège

Grade : Grade académique de Docteur en Sciences 2020

Résumé partiel
L’importance de l’eau pour l’agriculture n’est plus à démontrer dans un pays sahélien comme le Burkina Faso. C’est pourquoi depuis des décennies, plusieurs initiatives de recherche de solutions à la problématique de gestion non rationnelle de l’eau ont été conduites. Cependant, les solutions proposées demeurent toujours peu utilisées par les administrations locales pour impacter significativement le développement agricole. Cette recherche s’inscrit dans ce cadre et a pour objet de contribuer à l’amélioration de la gestion des ressources en eau au Burkina Faso. Après une analyse du contexte qui a permis d’identifier les besoins des acteurs de l’eau du sous-bassin versant de la Haute-Comoé dans le Sud-Ouest du pays, leurs difficultés, les forces et faiblesses du système d’information sur la gestion de l’eau, elle s’est particulièrement focalisée sur les outils libres de télédétection satellitaire et les plateformes de communication open source notamment les applications libres de messagerie instantanée, pour examiner leur apport dans l’amélioration de la gestion de l’eau. Pour ce faire, un système d’information basé sur l’application WhatsApp a d’abord été expérimenté dans la zone d’étude où les difficultés de communication entre les parties prenantes de la GIRE impactaient négativement la valorisation efficiente des ressources en eau de surface. Ce système a ensuite été renforcé par une méthode d’évaluation des surfaces cultivées irriguées le long des berges de la rivière Comoé, à partir de la plateforme Google Earth Engine. L’ensemble des méthodes proposées forme un outil de suivi hydro-agricole à la disposition du Comité Local de l’Eau pour améliorer l’équité et la transparence dans la gestion de l’eau. L’étude du contexte a été réalisée à travers une enquête sur les outils de gestion de l’eau précédemment promus par les projets de recherche et une analyse-diagnostic de la problématique de gestion de l’eau et du système d’information sur la gestion de l’eau dans la région. Elle montra une faible utilisation des outils de gestion expérimentés dans le sous-bassin. Elle indiqua par ailleurs qu’une parfaite intégration de l’outil dans la structure bénéficiaire améliorera le taux d’utilisation au niveau individuel qui, était de 47 % pour les outils promus par les Projets GEeau et BF 102 (N=106). Aussi, elle souligna que les défis relatifs à la gestion de l’eau sont notamment le manque de connaissances précises pour planifier les usages, la faible efficience d’utilisation de l’eau, l’accroissement fulgurant des emblavures alors que les productions agricoles restent faibles, et le déséquilibre entre l’offre et la demande en eau. Enfin, elle a aussi révélé que la communication entre les acteurs de l’eau reste un maillon faible dans la gestion et que le système d’information sur l’eau du Comité Local de l’Eau (CLE) constitue un dispositif efficace pour la production d’informations. Cependant, ces informations restent limitées au Comité technique en charge de son élaboration et n’atteignent pas tous les membres du CLE en l’absence d’un canal approprié de diffusion.

Mots clés : Agricultural water management ; Sentinel images ; irrigation ; WhatsApp ; Google Earth Engine ; Upper-Comoé ; Burkina Faso ; West Africa

Présentation (ORBI)

Version intégrale (2,2 Mb)

Page publiée le 3 février 2022