Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2020 → Contribution à l’étude des activités biologiques de deux plantes médicinales algériennes à effet antidiabétique.

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2020

Contribution à l’étude des activités biologiques de deux plantes médicinales algériennes à effet antidiabétique.

OUCHTATI Sara

Titre : Contribution à l’étude des activités biologiques de deux plantes médicinales algériennes à effet antidiabétique.

Auteur : OUCHTATI Sara

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : DOCTORAT Spécialité : Biologie Végétale et Environnement 2020

Résumé
Dans ce travail nous nous sommes intéressés à l’étude de deux espèces médicinales algériennes : Citrullus colocynthis L. et Rhamnus alaternus L., espèces réputées pour leurs vertus curatives, nous avons ainsi étudié l’anatomie des organes, la composition phytochimique, la toxicité aiguë et l’activité biologique in vitro et in vivo chez le rat. La composition chimique de l’EMR et l’EMC par HPLC a révélé la présence de 16 composants phénoliques pour le Rhamnus et 12 pour le Citrullus. Le composant dominant est la rutine. L’analyse chromatographique des acides aminés a révélé que la proline était l’acide aminé le plus dominant dans les feuilles des deux espèces avec d’autres acides aminés pour chacune des deux espèces. L’activité antimicrobienne des extraits organiques de feuilles des deux espèces vis-à-vis des souches pathogènes testées, indique que l’extrait de méthanol était l’inhibiteur le plus fort pour les deux espèces. Cependant, les extraits de Rhamnus alaternus L. ont montré un effet inhibiteur plus faible que celui de Citrullus colocynthis L. L’activité anti-oxydante des divers extraits de feuilles des deux espèces avec des concentrations croissantes qui a été étudiée à l’aide du DPPH montre que les trois extraits présentaient des activités de piégeage appréciables et l’activité anti-radicalaire augmente proportionnellement à la concentration de ces trois extraits. Les extraits de la coloquinte présentent une activité piégeante supérieure à celle des extraits de nerprun alaterne. L’étude de toxicité orale aiguë de l’extrait méthanolique de coloquinte et de nerprun alaterne sur des souris albinos a montré une DL50 de 720mg/kg pour l’EMC et 680,79 mg/kg pour l’EMR ; selon l’échelle de la toxicité ces deux extraits sont considérés comme des extraits "presque non toxiques". L’activité antidiabétique a été testée par l’EMR et l’EMC sur des rats normaux et des rats rendus diabétique par l’alloxane. L’EMR a montré une réduction non significative de la glycémie (P> 0,05). Cet extrait a également réduit le poids corporel des rats de manière très significative (p <0,0001). En outre, ces deux extraits ont amélioré d’autres paramètres biochimiques tels que l’urée sérique, la protéine sérique, la créatinine sérique, le cholestérol sérique et les triglycérides sériques. Ces résultats sont similaires à ceux obtenus par l’EMC. Mots clés : Citrullus colocynthis L., Rhamnus alaternus L., HPLC., étude in vitro, activité antidiabétique.

Version intégrale

Page publiée le 11 février 2022