Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2019 → Contribution à la connaissance des grands branchiopodes (crustacés) de la région des Aurès : écologie et biologie de Phallocryptus spinosus et Branchinectella media

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2019

Contribution à la connaissance des grands branchiopodes (crustacés) de la région des Aurès : écologie et biologie de Phallocryptus spinosus et Branchinectella media

Ouahioune Rais Lynda

Titre : Contribution à la connaissance des grands branchiopodes (crustacés) de la région des Aurès : écologie et biologie de Phallocryptus spinosus et Branchinectella media

Auteur : Ouahioune Rais Lynda

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Doctorat es sciences Spécialité : Biologie et Physiologie animale 2019

Résumé
Le présent travail est une contribution à l’étude biologique, écologique et biogéographique des grands branchiopodes des eaux temporaires de la région des Aurès (Nord-est, Algérie). Il a pour objectif de recueillir une somme de données permettant l’évaluation et la gestion de ces milieux. Différents aspects ont été abordés : les paramètres environnementaux des zones d’étude, l’actualisation des donnés sur la biodiversité des grands branchiopodes (Anostraca, Notostraca et Spinicaudata) des eaux temporaires salées et douce de la région des Aurès et enfin la biologie et l’écologie de la co-habitation de deux anostracés des lacs salés ainsi que leurs banques de cystes niveau dans 7 lacs salés. L’inventaire des grands branchiopodes des eaux temporaires de douze plans d’eau dont 8 salés (Guarâa El-Tarf, G. Ank Djemel, G. Guellif, Sebkha Djendli, S. Ouled Lembarek, S. Ain Yagout, S. Ez-Zemoul et Chott Tinsilt) et 3 d’eau douce (Chott Timergarine, Jemot et C. Ezzeher) a révélé la présence de 12 taxons dont 8 anostracés, 2 notostracés et 2 spinicaudates. La région d’El-Tarf et ses satellites représente avec 12 espèces un hotspot de biodiversité pour les grands branchiopodes (52,17 % de la biodiversité totale d’Algérie). Branchinecta orientalis est signalée pour la première fois en Afrique. Le suivi écologique et biologique de 2 espèces Phallocryptus spinosus et Branchinectella media co-habitant ensemble dans la majorité des lacs salés de la région a montré que B. media était plutôt hivernale vivant dans un intervalle de température de 5 à 16 °C et de salinité de 2,24 à 44 ppm, alors que P. spinosus est printanière vivant dans un intervalle de température de 18- 22 °C et de salinité de 12,08 – 48,6 ppm. L’existence de ces deux espèces chevauche uniquement durant le mois de mars dans les 4 sites. P. spinosus est deux fois plus grand de taille, plus fertile et plus abondant que B. media. Les résultats de la banque de cystes dans 7 lacs salés ont montré que leurs densités chez P. spinosus (93 x 103 ± 75-1,495 x 106 ± 366,5 cystes.m-2 ) étaient toujours supérieures à celles de B. media (670 ± 30-365 x 103 ± 268 cystes.m-2 ) quel que soit le site et son point d’échantillonnage. Les pourcentages d’éclosion des cystes incubés à deux températures (16 et 22°C) et deux salinités (0 et 5 psµ) ont montré que 5 psu et 16 ° C était la combinaison la plus appropriée pour B. media contre 5 psu et 22° C pour P. spinosus. Les photos MEB des cystes de B. media sont présentées.

Mots clés  : Grands branchiopodes, Phallocryptus spinosus, Branchinectella media, co-habitation, cystes, sebkha, Aurès

Version intégrale

Page publiée le 12 février 2022