Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2020 → Contribution à l’étude de la variation saisonnière des teneurs en polyphénols totaux d’une solution foliaire aqueuse de l’espèce Quercus suber L. dans la forêt de Zekri région de Tizi-Ouzou

Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou (2020)

Contribution à l’étude de la variation saisonnière des teneurs en polyphénols totaux d’une solution foliaire aqueuse de l’espèce Quercus suber L. dans la forêt de Zekri région de Tizi-Ouzou

Mobarek, Sabrina ; Mokri, Siham

Titre : Contribution à l’étude de la variation saisonnière des teneurs en polyphénols totaux d’une solution foliaire aqueuse de l’espèce Quercus suber L. dans la forêt de Zekri région de Tizi-Ouzou

Auteur : Mobarek, Sabrina ; Mokri, Siham

Etablissement de soutenance : Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou

Grade : Master biotechnologie 2020

Résumé
La plante au cours de son évolution rencontre des stress biotiques et abiotiques qui peuvent présenter des changements, dans la production de différentes classes de métabolites en particulier dans les écosystèmes méditerranéens. Le chêne-liège (Quercus suber L.) est une espèce méditerranéenne sclérophylle qui appartient à la famille des Fagacées. Elle présente une grande importance socio-économique et écologique. Étant considérée comme une espèce xérophyte, elle permet une meilleure résistance et adaptation aux stress environnementaux. De plus ces feuilles persistantes sont principalement isohydriques, ce qui leur permet une meilleure adaptation aux conditions estivales, ainsi qu’une richesse en métabolites secondaires.C’est dans cette optique la que nous avons préparé une solution aqueuse de feuilles de Quercus suber L. Dans le but de mettre en évidence, la variation saisonnière de la teneur en polyphénols par la méthode spectrophotométrique adapté avec le réactif de Folin-Ciocalteu. Les résultats obtenus en mg EAG/ g PV révèlent un taux plus élevé en été de l’ordre de 89,48 ± 0.61 mg EAG/ g PV comparativement à celle de l’hiver 45,65 ± 0.56 mg EAG/ g PV ce qui est dû à l’influence de facteurs abiotiques (chaleur, température, sécheresse) sur la production de métabolites de la plante.

Présentation

Version intégrale (6,0 Mb)

Page publiée le 26 février 2022