Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Le recours aux plantes toxiques en médecine traditionnelle locale (Tizi Ouzou et Boumerdes)

Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou (2021)

Le recours aux plantes toxiques en médecine traditionnelle locale (Tizi Ouzou et Boumerdes)

BELKACEMI, Hanane ; DEHBI, Chourouk ; DJIDI, Amal Hibat Errahmane ; GOUMIRI, Hamida

Titre : Le recours aux plantes toxiques en médecine traditionnelle locale (Tizi Ouzou et Boumerdes)

Auteur : BELKACEMI, Hanane ; DEHBI, Chourouk ; DJIDI, Amal Hibat Errahmane ; GOUMIRI, Hamida

Etablissement de soutenance : Université Mouloud Mammeri Tizi Ouzou

Grade : Docteur en Pharmacie 2021

Résumé
La présente étude est une contribution à l’évaluation des connaissances des plantes médicinales toxiques utilisées en phytothérapie traditionnelle par la population locale de TiziOuzou, Boumerdes et environs. Une étude descriptive sur 20 plantes toxiques (ou parties de plantes toxiques) a été menée à l’aide de plus 250 fiches enquête, auprès de la population générale, herboristes et tradipraticiens, dans 4 Wilayas, sur une période de 5 mois. L’enquête a permis de recenser plus de 40 indications et plus de 60 recettes et modes d’usages. Les espèces les plus utilisées par les enquêtés sont : les écorces de fruit de Punica granatum (78 %), Ruta graveolens (37 %) et Ricinus communis (31 %). Les indications sont diverses, une fraction importante de ces dernières est dédiée aux maladies graves (cancer, hépatites, rougeole…). La toxicité de ces plantes demeure à l’heure actuelle méconnue pour 73% des usagers. Des cas non négligeables d’intoxications ont été rapportés par les enquêtés allant d’une simple irritation cutanée jusqu’au décès du patient. Néanmoins, plusieurs recettes traditionnelles minutieusement formulées afin de garantir un usage efficace et sécuritaire des plantes dangereuses ont été rapportées. Les résultats encourageants de notre enquête contribueront à la conservation du patrimoine phytothérapique en Algérie et inciteront à renforcer la réglementation en cours en vue d’un usage rationnel des plantes médicinales.

Présentation

Version intégrale (3,9 Mb)

Page publiée le 17 février 2022