Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Étude écologique et biogéographique des formations forestières et pré-forestières de la région de Djebel Amour, Atlas saharien

Université Kasdi Merbah Ouargla (2021)

Étude écologique et biogéographique des formations forestières et pré-forestières de la région de Djebel Amour, Atlas saharien

YOUCEFI Naceur

Titre : Étude écologique et biogéographique des formations forestières et pré-forestières de la région de Djebel Amour, Atlas saharien

Auteur : YOUCEFI Naceur

Université de soutenance : Université Kasdi Merbah Ouargla

Grade : Doctorat ès Sciences Option : Sciences biologiques 2021

Résumé
La présente étude appréhende la végétation selon une approche phytoécologique à deux niveaux, à une échelle paysagère visant l’analyse biogéographique des formations forestières et pré-forestières par une approche cartographique supervisée et, à une échelle parcellaire qui vise l’analyse de toutes les populations présentes dans les peuplements. Pour évaluer quantitativement la portée et la nature de l’influence topographique sur la distribution des plantes dans les formations forestières et pré-forestières de la région, l’étude combine plusieurs analyses multivariées. Neuf (09) stations en montagne dans lesquelles sont récoltées des données environnementales principalement topographiques et des données sur la répartition des végétations, sont choisies. L’approche phytogéographique montre que les formations boisées de la région sont majoritairement pré-forestières, constituant des maquis parfois hauts, arborés de Pin d’Alep qui ne croit que dans le centre du djebel là où il est en refuge des influences sahariennes et soumis plutôt aux influences montagnardes à Kef ElGuelta, Gaadet Madna et Gaadet Anfous. Les Chênes verts ne sont plus prédominants, ne forment que de petits groupes, rarement des bouquets issus souvent de drageons ou de rejets d’anciennes cépées. Les Pistachiers de l’Atlas se rencontrent épars et fréquemment sur les rochers. Trente placettes (20 m × 20 m) ont été sélectionnées en fonction de leur physionomie pour l’étude de la végétation et de la topographie. La distribution de la végétation diffère considérablement d’une topographie à l’autre, indiquant des conditions environnementales différentes et déterminant un renouvellement des espèces dominantes. Les bas-versants sont colonisés par la plupart des espèces présentes dans la communauté végétale, mais seules quelques espèces persistent aux pentes abruptes du mi-versant et du haut-versant jusqu’au sommet. La faible couverture de végétation (36,98%) est enregistrée sur ces pentes. Cela est dû peut être à la forte érosion du sol et à l’affleurement rocheux (66,5–83,1%). La faible richesse spécifique moyenne est enregistrée sur les sommets des versants (39,67), s’explique par l’influence d’altitude et l’effet compétitif des arbres du Pin. Le paramètre élévation suivie d’affleurement rocheux puis de la pente sont respectivement les principaux facteurs topographiques affectant la distribution des plantes dans ces environnements. La relation entre la topographie et la distribution des espèces peut être décrite par un modèle linéaire. Dix-sept (17) modèles linéaires sont formulés pour onze (11) variables floristiques et trois (03) facteurs topographiques, l’élévation, l’affleurement rocheux et le gradient de pente qui expliquent 26 à 83% de la variance de la distribution des espèces. De même, quatre (04) groupes d’espèces végétales sont répertoriés selon les différentes topographies. La convenance des espèces végétales à une telle topographie doit être considérée lors des travaux de restauration des matorrals semi-arides dans la région d’étude.

Présentation

Version intégrale (5,4 Mb)

Page publiée le 17 février 2022