Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Action des extraits de quelques plantes spontanées à caractère acridicide ou acridifuge du Sahara septentrional algérien sur quelques paramètres biologiques et physiologiques chez Schistocerca gregaria (Forskål, 1775) (Orthoptera- Acrididea)

Université Kasdi Merbah Ouargla (2021)

Action des extraits de quelques plantes spontanées à caractère acridicide ou acridifuge du Sahara septentrional algérien sur quelques paramètres biologiques et physiologiques chez Schistocerca gregaria (Forskål, 1775) (Orthoptera- Acrididea)

BOUZIANE Nawel

Titre : Action des extraits de quelques plantes spontanées à caractère acridicide ou acridifuge du Sahara septentrional algérien sur quelques paramètres biologiques et physiologiques chez Schistocerca gregaria (Forskål, 1775) (Orthoptera- Acrididea)

Auteur : BOUZIANE Nawel

Université de soutenance : Université Kasdi Merbah Ouargla

Grade : Doctorat es sciences en sciences Agronomiques 2021

Résumé
Action des extraits de quelques plantes spontanées à caractère acridicide ou acridifuge du Sahara septentrional algérien sur quelques paramètres biologiques et physiologiques chez Schistocerca gregaria (Forskål, 1775) (Orthoptera- Acrididea) Résumé L’étude porte sur la toxicité des extraits foliaires de trois plantes spontanées récoltées au Sahara septentrional Est Algérien, dont Euphorbia guyoniana Boiss. et Reut. (Euphorbiaceae) et Peganum harmala L. (Zygophyllaceae) et de Pergularia tomentosa L. (Asclepiadaceae), sur les larves L5 et les imagos de S. gregaria. Les larves L5 nourris aux feuilles de chou traitées l’extrait acétonique d’E. guyoniana n’ont pas pu achever leur mue imaginale, et une mortalité larvaire de 100% est notée au bout du 11 jours, et du 17e jours pour les adultes. Les individus de lot traité par l’extrait aqueux d’E. guyoniana, un pourcentages de mortalité de 25% est observé au bout de 13 jours chez les larves L5. C’est après le 30e jour que 66,67% des adultes sont morts. Pour la consommation de feuilles de chou aspergées par l’extrait acétonique de P. harmala, aucune mortalité n’est enregistrée chez les larves, alors qu’un pourcentage de mortalité de l’ordre de 41,67% est enregistré chez adultes après le 30e jour. Bien qu’il n’y ait eu aucune mortalité chez les larves L5, une mortalité imaginale de 100% est notée au 25e jour chez les imagos nourris par des feuilles de chou imprégnées de l’extrait aqueux de P. harmala. Toutes les larves L5 nourris aux feuilles de chou traitées par les deux extraits acétone et aqueux de P. harmala, ont achevé leur mue imaginale. Les individus alimentés par des feuilles de chou traitées à l’extrait acétonique de P. tomentosa, le pourcentage de mortalité rapporté après le 15e jour est de 33,33% chez les larves L5 et après le 30e jour de l’ordre de 75% chez les imagos. Ce taux de mortalité étant de l’ordre de 8,33% après 15 jours de traitement, et 41.67% après 30 jours de traitement respectivement pour les larves L5 et les imagos de S. gregaria nourris par des feuilles de chou traitées par l’extrait aqueux de P. tomentosa. Les extraits de d’E. guyoniana semblent plus toxiques que les extraits obtenus de P. harmala et de P. tomentosa. L’évaluation des temps létaux 50 (TL50) montre que les larves sont plus sensibles à l’effet toxique que les adultes. Le TL50 le plus court est noté pour les larves L5 nourris par des feuilles de chou traitées par l’extrait acétonique d’E. guyoniana, il est de 3,08 jours pour les mâles et de 5,51 jours pour les femelles et de 10,14 jours et 19,63 jours pour les imagos mâles et femelles respectivement. Le temps létale TL50 le plus long est noté chez les individus alimentés par des feuilles de chou aspergées par l’extrait queux de P. tomentosa. L’estimation du coefficient d’utilisation digestif apparent (CUDa), montre que les extraits testés affectent la capacité de l’animal à convertir l’aliment consommé en poids. Les valeurs négatives enregistrées, sont dues aux pertes de poids constatées chez les larves L5 et les imagos de S. gregaria. De même, pour l’indice de consommation, les extraits acétoniques des trois plantes testées affectent plus la consommation comparativement aux extraits aqueux.

Mots clés : Toxicité extraits E. guyoniana P. tomentosa P. harmala S. gregaria Sahara Toxicity Euphorbia guyoniana extracts Pergularia tomentosa Peganum harmala Schistocerca gregaria Sahara

Présentation

Version intégrale (3,15 Mb)

Page publiée le 15 février 2022