Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2021 → Etude floristique et nutritive, spatiotemporelles, des principales plantes vivaces des parcours steppiques, naturels et aménagés, de la région de Laghouat

Université Kasdi Merbah Ouargla (2021)

Etude floristique et nutritive, spatiotemporelles, des principales plantes vivaces des parcours steppiques, naturels et aménagés, de la région de Laghouat

AMRANI Ouarda

Titre : Etude floristique et nutritive, spatiotemporelles, des principales plantes vivaces des parcours steppiques, naturels et aménagés, de la région de Laghouat

Auteur : AMRANI Ouarda

Université de soutenance : Université Kasdi Merbah Ouargla

Grade : Doctorat es-Sciences en Sciences Agronomiques 2021

Résumé
La steppe algérienne est le milieu d’élevage du mouton par l’exploitation de ses parcours. Dans sa partie aride, la vulnérabilité du milieu est aggravée par une exploitation principalement pastorale de plus en plus intense durant ces dernières décennies. Cette tendance régressive est caractérisée par une baisse de la productivité fourragère et les espèces pérennes sont les plus touchées. L’Etat algérien a mis en œuvre un programme d’aménagement des espaces steppiques dégradés par la mise en défens et les espaces très dégradés à travers la plantation d’espèces végétales résistantes et productives de biomasse comme Atriplex canecens. A cet effet, nous avons effectué une étude spatio-temporelle de la diversité floristique et du potentiel fourrager des parcours de la région de Laghouat. Pour cela, douze stations ont été choisies, représentant les différentes stations aménagées et non aménagées. Les résultats ont montré que la richesse floristique, le recouvrement végétal, la production, la productivité et la capacité de charge sont nettement supérieurs dans les stations aménagées. L’étude floristique a permis d’identifier 83 espèces appartenant à 24 familles variant dans l’espace et dans le temps. L’étude des spectres biologiques bruts montre l’importance des thérophytes. Tandis que, les spectres biologiques réels montrent la dominance des chaméphytes. L’analyse chorologique montre l’importance des taxons méditerranéens, méditerranéen-saharo-arabique et le nouveau élément Americ- Algéro-Tunisien (Atreplex canescens). L’analyse de la composition chimique des espèces vivaces étudiées, montre leurs richesses en matière organique et leurs faiblesses en matière azotée totale. Les stations aménagées ont une productivité moyenne de à 335 kg de matière sèche / ha/an, une productivité énergétique moyenne de 191 unités fourragères lait (UFL) / ha/an et, et une charge pastorale de 10 unité ovine /10 ha/an ont été enregistrées, alors que sur les stations non aménagées, ces valeurs moyenne ont été respectivement de 29 kg MS/ha/an, de 17 UFL et 10 unité ovine /200 ha/an. Il en ressort que les stations naturelles sont surexploitées et tendent vers un état de dégradation sévère de la végétation et des sols steppiques. A moins de restaurer ou de réhabiliter les parcours steppiques, leur capacité de productivité pastorale sera fortement réduite.

Présentation

Version intégrale (3,2 Mb)

Page publiée le 15 février 2022