Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2021 → Fréquentation temporelle des troupeaux camelins sur les parcours du Sahara septentrional algérien (cas des régions de Ouargla et Touggourt)

Université Kasdi Merbah Ouargla (2021)

Fréquentation temporelle des troupeaux camelins sur les parcours du Sahara septentrional algérien (cas des régions de Ouargla et Touggourt)

Boukhari Wahiba

Titre : Fréquentation temporelle des troupeaux camelins sur les parcours du Sahara septentrional algérien (cas des régions de Ouargla et Touggourt)

Auteur : Boukhari Wahiba

Etablissement de soutenance : Université Kasdi Merbah Ouargla

Grade : Master 2 : Parcours et élevage en zones arides 2021

Résumé
Cette étude a pour but d’analyser les déplacements des troupeaux des chameliers réalisés dans le temps, et de caractériser les territoires de parcours utilisés grâce à la mobilité tels que définis par les itinéraires des transhumances. Elle a aussi pour objectif de redéfinir la place des élevages camelins dans la société et le territoire. Cela permet de comprendre la dynamique des déplacements des cheptels des chameliers .Pour ce faire, nous avons procéder à des enquêtes (entretiens/ questionnaires) auprès de 187 chameliers sur deux grandes zones (Ouargla et Touggourt), conjuguées à des sorties sur terrain. Lors des observations de terrain nous avons relevé, avec un GPS, les coordonnées géo-référencées de 86 parcours dont 62 parcours fréquentés par les animaux des chameliers de la zone de Ouargla et 24 par des animaux des chameliers de Touggourt. Il a été aussi relevé les coordonnées géographiques de 91 puits pastoraux situés à proximité des parcours à une distance comprise de 3 et 12km. La mobilité des troupeaux s’est transformée au cours du temps, elle prend deux formes principales : la transhumance sur des distances qui peuvent aller de quelques kilomètres à plusieurs centaines de kilomètres et le nomadisme. A cet effet, la majorité des chameliers enquêtés, soit 96,3 % peuvent être qualifiés de transhumants, les 3, 7 % de chameliers qui restent sont qualifiés de nomades. En plus, 62 % des chameliers enquêtés préfèrent le système semi-gardé et 38 % pratiquent le système gardé.

Mots Clés : Système d’élevage camelin, Mobilité, Chamelier, Parcours, Point d’eau

Présentation (Agritrop/CIRAD)

Version intégrale (2 Mb)

Page publiée le 18 février 2022