Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2020 → Analyse des freins et leviers à l’adoption des systèmes de culture agroécologiques : le cas des projets d’Agrisud International au Sénégal

ISTOM - Ecole supérieure d’agro-développement international (2020)

Analyse des freins et leviers à l’adoption des systèmes de culture agroécologiques : le cas des projets d’Agrisud International au Sénégal

KA, Dié-Yacine

Titre : Analyse des freins et leviers à l’adoption des systèmes de culture agroécologiques : le cas des projets d’Agrisud International au Sénégal

Auteur : KA, Dié-Yacine

Etablissement de soutenance : ISTOM - Ecole supérieure d’agro-développement international

Grade : Ingénieur : ISTOM : Angers 2020

Résumé
Le maraîchage au Sénégal, pratiqué principalement en saison sèche et en culture irriguée, occupe une place importante dans l’agriculture et l’économie nationale. Ce secteur joue un rôle essentiel pour les agriculteurs familiaux, dans la diversification de la production agricole, la diversification des sources de revenus en sus des systèmes pluviaux traditionnels et l’amélioration du régime alimentaire (PAPSEN, 2013). Dans le Bassin Arachidier, des projets de maraîchage ont été mis en place avec l’appui d’Agrisud International pour vulgariser des pratiques agroécologiques. Les pratiques promues comprennent l’usage des fertilisants naturels, des extraits de plantes à effet insecticide, les techniques naturelles de lutte contre les ravageurs, les associations et les rotations culturales, l’usage raisonné des pesticides en dernier recours, ainsi que l’apport localisé en eau et matière organique. La présente étude tente d’identifier les facteurs qui favorisent (leviers) ou limitent (freins) l’adoption des pratiques agroécologiques promues. Pour atteindre cet objectif, des démarches de collecte complémentaires ont été combinées. D’une part, des entretiens individuels sur la base de questionnaire ont été conduits auprès de 107 maraîchers choisis de manière aléatoire dans trois villages du Bassin Arachidier. L’Analyse Factorielle des Données Mixtes et le modèle Logit ont permis d’analyser les données d’enquête collectées. D’autre part, des entretiens individuels et collectifs sur la base de guide semi-directif ont été conduits auprès d’une vingtaine d’acteurs comprenant les producteurs et des acteurs qui les influencent. L’analyse du système sociotechnique a été mobilisé pour cette deuxième démarche. Les résultats révèlent que l’appartenance à un village et la formation reçue en maraîchage sont deux facteurs clés qui influencent positivement et significativement l’adoption des pratiques agroécologiques étudiées. Ces résultats suggèrent d’une part, que la participation des agriculteurs à des ateliers de formation et à des groupes de discussion au travers de champs-écoles, combiné à un suivi technique rapproché peut servir de catalyseur pour accroitre l’adoption de techniques innovantes en maraîchage. D’autre part, l’effet village (apparenté à un groupe ou une zone de production) montre que l’agroécologie n’est pas une pratique isolée, visible seulement à l’échelle de quelques parcelles. Ce mode de production s’est adapté, à l’échelle d’un village, à des exploitations de toute taille et à des degrés différents d’intégration au marché. L’adoption des pratiques est donc plus efficace si elle est faite de manière collective

Mots Clés : AGROECOLOGIE / ANALYSE FACTORIELLE / SENEGAL / SOCIOTECHNIQUE / SYSTEME DE CULTURE

Présentation (ISTOM)

Page publiée le 5 mars 2022