Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Niger → 2019 → Systemes d’exploitation de la cuvette nord du lac Tchad : cas du maraichage sur le site de Kimé Gana dans la commune urbaine de N’Guigmi (Niger)

Universite de Diffa (2019)

Systemes d’exploitation de la cuvette nord du lac Tchad : cas du maraichage sur le site de Kimé Gana dans la commune urbaine de N’Guigmi (Niger)

Achahabou Hamissou

Titre : Systemes d’exploitation de la cuvette nord du lac Tchad : cas du maraichage sur le site de Kimé Gana dans la commune urbaine de N’Guigmi (Niger)

Auteur : Achahabou Hamissou

Université de soutenance : Universite de Diffa

Grade : Master en Evaluation Environnementale et Developpement durable 2019

Résumé
La cuvette nord du lac Tchad présente des conditions optimales pour la pratique des systèmes d’exploitation variant d’une zone à une autre. Avec une superficie de 35 hectares (Ha), dont 11 Ha sont seulement mis en valeur ; le site de Kimé Gana est un ancien lit du lac, il est situé dans la partie sud, à 7 km du chef-lieu de la commune de N’guigmi. La méthode de collecte de données est basée sur le moyen d’un questionnaire établi sur la base d’un échantillon représentatif du site.

Le site de Kimé Gana est exploité en majorité par 75 % de femmes. Les exploitants sont classés en fonction de la taille de leur exploitation (grande, moyenne et petite). Les grands producteurs et les producteurs moyens utilisent la main d’oeuvre pour les différents travaux de préparation des parcelles jusqu’aux repiquages des jeunes plants et pendant la période des récoltes.

Le système d’exploitation du site est basé sur une diversité de cultures (gombo, le chou, la salade, le manioc, la courge, l’oignon, la tomate, le blé, l’ail ). Les produits issus du maraichage permettent de subvenir aux besoins familiaux des exploitants et d’en écouler l’excédent sur les marchés locaux. De nombreux acteurs interviennent dans la vente de produits (ouvriers dans le site, transporteurs, revendeurs, collecteurs, commerçants, détaillants) et constituent un maillon important de la filière. Les principaux modes d’accès à la terre sur le site sont : l’héritage qui est fréquent à cause du critère autochtone des exploitants qui sont majoritaires. Le second est le prêt et concerne les exploitants non détenteurs qui mettent en valeur les terres empruntées auprès des propriétaires. L’activité maraichère permet de réduire d’une part la vulnérabilité des populations de la zone, ainsi que celles victimes des exactions de Boko Haram, le chômage, la migration clandestine, et d’autres part.

Mots clés : Lac Tchad, Niger, Kimé Gana, système d’exploitation, insécurité, population

Version intégrale (Memoireonline)

Page publiée le 28 juin 2022